Angélique Verstraete n’est pas une Miss comme les autres: elle est sourde

Angélique Verstraete

Parmi les nombreux concours de beauté organisés chaque année dans notre pays, celui de Miss Belgique Francophone présentera cette année une candidate un peu particulière. La Namuroise Angélique Verstraete, 18 ans, est en effet jolie, mince et sympathique, comme toutes les autres sans doute, mais elle est aussi sourde de naissance!

«En participant à ce concours, je voulais rappeler que la surdité n’est qu’un problème de communication, explique-t-elle en langue des signes. Physiquement, je ne suis pas différente des autres, et je ne vois pas pourquoi une personne sourde ne pourrait pas participer à un concours de beauté!»

Il faut dire que cette étudiante en dessin à l’Irsa, un institut d’enseignement spécialisé de Waterloo, rêve de podiums depuis longtemps: «J’aimerais me lancer un jour dans le mannequinat, faire des photos, des défilés… Ce concours, c’est un peu un premier pas!»

Et si le comité organisateur a accepté sans difficultés sa candidature, les sélections ne furent pas de tout repos: «Cela n’a pas été facile, car il fallait danser, sourit Angélique. Comme je n’entendais pas la musique, j’ai dû calquer mes pas sur ceux des autres candidates. Mais j’adore danser, et ça s’est très bien passé!»

La preuve, Angélique a obtenu sa place parmi les 20 finalistes qui en découdront ce 22 mai à Spa. A nouveau, il faudra danser, mais la jeune métisse (sa maman est mauricienne) a déjà réussi son pari: «Mon objectif, c’était d’arriver en finale. Je ne rêve pas vraiment de gagner le concours, même si, bien sûr, je serais très heureuse que cela soit le cas. Je suis surtout heureuse pour la communauté sourde d’être arrivée jusque-là. Au départ, j’avais un peu peur de ce que les gens penseraient de ma participation à un concours de beauté, mais je reçois beaucoup de marques d’encouragement de la part des sourds que je rencontre. Je pense que la plupart d’entre eux sont contents, car cela fera sans doute parler de nous. Il faut dire que si nous sommes déjà la plupart du temps bien encadrés, il n’y a pas encore assez de gens qui comprennent la langue des signes. Peut-être ma présence à ce concours peut-elle aider à faire un peu bouger les choses. Et beaucoup de sourds viendront à Spa pour m’encourager.»

Et parmi ceux-ci, il y aura sans aucun doute Christophe, son petit ami, sourd lui aussi… «Il n’est pas jaloux, explique-t-elle. Lui aussi est très fier que je participe à ce concours, et il me soutient depuis le début.»

Un article lu : La Dernière Heure – 21/05/2004 à Hamois

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.