La main des sourds

Trois-Bassins : Le surf pour les sourds aussi

Malgré leur handicap, les personnes souffrant de surdité ont aussi leur place sur les vagues. C’est ce qu’a voulu démontrer un groupe de jeunes du Centre de la Ressource hier en pratiquant du surf sur le spot de Trois-Bassins.

L’endroit est très prisé en cette période de vacances scolaires. De nombreuses écoles de surf y initient leurs jeunes élèves. De nombreux surfeurs huppés y ont aussi jeté leur dévolu depuis belle lurette déjà. “C’est un des plus beaux spots de La Réunion”, avoue même l’un d’eux. C’est cet endroit qu’a choisi l’équipe encadrante du centre de la Ressource à Sainte-Marie pour initier un groupe de jeunes sourds avec “l’école de Surf Cyrille-Theveneau”.

PROJET HUMANITAIRE

“Avec l’enthousiasme qu’ils dégagent sur la planche, on est fier de constater qu’ils ont eux aussi leur place sur les vagues, soutient Pascal. À travers cette activité, on veut les amener à se tourner davantage vers la mer. C’est pour eux l’occasion de découvrir l’île sous une autre facette”.
Cette sortie à la Souris Chaude fait partie intégrante d’un projet “humanitaire” organisé sur trois jours : les 1e, 2 et 3 mai. Organisé hors temps scolaire ce projet avait pour objectif de travailler sur les valeurs de la citoyenneté et de capacité à partager et à se mobiliser sur une action. “Du point de vue social, nous pensons que ces valeurs sont essentielles pour permettre à chacun et à tous de vivre dignement dans notre société qui est aujourd’hui de plus en plus ouverte et de plus en plus complexe”, explique Rémi Chollet, éducateur spécialisé et coordinateur de l’action.
“Du point de vue éducatif, nous avons beaucoup progressé dans notre prise en charge des jeunes déficients auditifs, à travers la mise en place d’un accompagnement plus explicite et concret, ancré dans le milieu ordinaire”. Et M. Chollet de poursuivre : “Mais nous constatons tous les jours que nous manquons encore de réalisme en étant beaucoup trop dans l’assistanat auprès de ces jeunes qui nous sont confiés. Ce qui donne au final des jeunes qui pensent que tout ce qui leur est proposé est un dû et ne savent pas se positionner autrement qu’en simples consommateurs”.
Avec Édith, Pascal et René (les autres accompagnateurs), Rémi Chollet s’est donc fixé comme objectif de corriger cet état de fait auprès du groupe qui a l’âge et la maturité pour effectuer cet apprentissage. Pour concrétiser cette démarche de manière forte, une action humanitaire en faveurs de Madagascar a d’abord été organisée dimanche. Action qui s’est traduite par un grand loto quine dont la recette sera ainsi entièrement reversée aux sinistrés malgaches de Gafilo. “La pratique d’activités nautiques est une sorte de récompense. C’est un peu la décompression après l’effort”, résume Pascal. Une récompense qui s’est élargie dans l’après-midi à la pratique du jet ski.

Un article lu : Le Journal de l’île – 22/04/2004

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.