La main des sourds

La solidarité, au-delà des handicaps

De jeunes sourds se mobilisent en faveur de Madagascar

Un groupe de jeunes sourds, du Centre de la Ressource de Sainte-Marie, a organisé ce week-end un projet humanitaire en faveur des sinistrés de la Grande-Ile. Un projet doublé d’une action menée par leurs éducateurs afin de responsabiliser davantage les adolescents et rompre avec la logique de l’assistanat.

Ils ont décidé de ne pas rester insensibles. Onze jeunes sourds du Centre de la Ressource, âgés entre 16 et 20 ans, ont organisé un projet humanitaire, ce week-end, pour venir en aide aux sinistrés de Gafilo. Avec un grand loto quine, hier, qui a permis de récolter près de trois mille euros en faveur de l’association “Partage avec Madagascar”. Distribution de prospectus, installation du matériel, décoration de la salle, accueil, gestion de la buvette, puis démontage et rangement… Les jeunes n’ont pas lésiné à la tâche, après avoir été profondément touchés par les images des milliers de sans-abri de la Grande-Île. Encouragés par leurs éducateurs, les jeunes sourds ont décidé de se mobiliser pendant leurs vacances en faisant la preuve de leur capacité à se prendre en main.

“Nous manquons encore de réalisme”

Le but recherché par les éducateurs afin de responsabiliser les adolescents et de les sensibiliser aux “valeurs de citoyenneté, de solidarité et de partage”, à quelques semaines de leur départ pour beaucoup d’entre eux du centre et de leur entrée dans la vie active notamment en métropole. “Nous avons voulu leur montrer qu’ils sont des citoyens comme les autres avec une conscience politique et citoyenne”, commente Rémi Chollet, éducateur spécialisé et coordinateur de l’action. “Malgré les progrès réalisés dans notre prise en charge des jeunes déficients auditifs, avec un accompagnement plus explicite et concret, nous constatons tous les jours que nous manquons encore de réalisme en étant beaucoup trop dans l’assistanat”, poursuit-il. Résultat, selon lui, des jeunes pensant que “tout ce qui leur est proposé est un dû et qui ne savent pas se positionner autrement qu’en simples consommateurs”. Une donne que les éducateurs ont tenté d’inverser en faisant comprendre aux adolescents que malgré l’handicap rien n’est impossible. Et, pour leur donner le goût de l’effort, tout en offrant un moment de détente général au groupe, les jeunes ont eu droit à des sorties sportives à travers les parcours dans les arbres de Forestia, samedi, à la Plaine-des-Palmistes, ou à bord d’un jet ski, aujourd’hui, sous le soleil de l’Ouest. “Nous sommes heureux de montrer aux gens, et aux sourds eux-mêmes, de quoi nous sommes capables”, se réjouit Sandrine, 17 ans, sourde de naissance. Les sans-abri de Madagascar, eux, n’en doutent plus.

Un article lu : Le Journal de l’île – 03/05/2004

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.