La main des sourds

Unitas : après le sport, la fête

Prof de hip hop, Adamo communique par langage des signes

Avec un club de basket de 190 licenciés dont les trois quarts naviguent à moins de 18 ans, l’Unitas d’Epfig, se doit chaque année d’offrir un grand divertissement. Comme cela se pérennise depuis des décennies, c’est à la salle polyvalente, samedi soir, que le carnaval a battu son plein.

Enfants, ados et adultes, tous déguisés avec beaucoup d’originalité, se sont éclatés dans un tourbillon d’enfer. L’orchestre du duo Jingle, avec Isabelle dont la voix harmonieuse chante tous les répertoires des variétés actuelles et Denis à la guitare qui aiguise son country look, l’animation restait locale.
Les choses étaient bien pensées, le président Denis Werwer, savait canaliser les jeunes. Concours de déguisements, séquence hip-hop impromptue avec Adamo, de Sélestat, professeur aux multiples talents qui sait communiquer son enthousiasme aux jeunes et leur apprendre malgré son handicap, sa manière d’interpréter la vie (sourd et muet de naissance, il arrive à communiquer par signes avec ses élèves, heureux d’apprendre son langage en même temps).
La Guggamusik d’Hilsenheim, toujours de la partie a rehaussé le ton à grand coup de cuivres. Une ambiance du tonnerre où tout se passe en famille. 15 équipes de basket, de tous âges où les féminines ont réalisé une saison de vainqueur en remportant 16 matchs sur 16, elles sont d’ores et déjà en pré-nationale tandis que trois équipes jouent en championnat d’Alsace. La nouvelle salle prévue pour 2005, sera la bienvenue pour ces sportifs de haut niveau. Le carnaval entièrement géré par l’Unitas, reste le principal moyen de rentrer quelques bénéfices pour les besoins du club.

Un article lu : Dernières Nouvelles d’Alsace – 19/03/2004

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.