La main des sourds

L’Université d’Alcala de Madrid organise deux cours de langue de signes

Munis de leurs propres appareils auditifs ou d’un casque fourni par le théâtre, les malentendants peuvent prendre part au spectacle.

Grâce à un équipement high-tech récemment installé, les malentendants découvrent un confort d’écoute optimum. Ils ont la possibilité de brancher leur propre appareil auditif au système ou de porter un casque mis à disposition.

LES FAITS
Premier théâtre du canton à être équipé d’une boucle magnétique, le Théâtre de Vevey offre un confort d’écoute optimum aux malentendants. L’Association des malentendants de La Côte a testé le dispositif, hier, à l’occasion d’une représentation publique.

«Avec la boucle magnétique, on retrouve un confort d’écoute. Cela nous sort véritablement de notre monde.» Hier, à l’issue de la représentation publique de La fameuse invasion de la Sicile par les ours de Dino Buzzati, Marcel Martignier, habitant de Vullierens sur Morges, affichait un sourire ravi. Equipé de sa propre prothèse auditive — munie d’un canal qui permet de se «brancher» sur la boucle magnétique —, l’homme ne tarissait pas d’éloges sur l’installation «inaugurée» publiquement à Vevey: «J’entends certes le bruit de la salle, mais c’est à travers les micros de la scène. Je ne suis donc pas dérangé par mon voisin!» Expérience plus mitigée pour Simone Jeannet, présidente de l’Association des malentendants de La Côte, qui a testé un des casques mis à disposition par le théâtre veveysan: «Pour les personnes malentendantes à un degré très sévère, comme moi, ce n’est pas assez puissant, donc pas adapté.» Même son de cloche auprès de la Veveysanne Francine Collet, elle aussi fortement malentendante (à plus de 90%). Mais elle soulignait: «Pour une personne qui n’est pas encore appareillée, c’est une première approche. Un peu comme de mettre un casque pour écouter de la musique ou la télévision.»

Un investissement de taille: environ 100 000 francs

Le système dont s’est récemment équipé le théâtre veveysan est cependant plus complexe. Sur scène, quatre micros «canon» — dont la sensibilité permet de prendre le son à distance — captent les dialogues et autres bruits de scène, les amplifient, puis les diffusent sur la «boucle magnétique». Cette dernière se situe sous le plancher du théâtre et permet à tous les porteurs d’un appareil auditif adéquat (voir encadré) de capter les sons ainsi retransmis. Directeur du Théâtre de Vevey, Philippe De Bros précisait hier: «Pour pouvoir capter les ondes de la boucle magnétique, le spectateur doit impérativement se placer sur le parterre.» En évitant les trois premiers rangs, non desservis. Et le directeur de rappeler le long parcours qui a précédé la pose de cette installation: «La démarche a débuté voici cinq ans, alors qu’Yves Christen était encore syndic de Vevey. Il avait alors été interpellé par un malentendant au sujet de la pose d’une boucle magnétique.» Une requête aujourd’hui réalisée avec la collaboration notamment de l’Avacah (Association vaudoise pour la construction adaptée aux personnes handicapées). A un coût relativement élevé: «Si l’on compte l’installation, les travaux et la mise en marche, nous avons investi quelque 100 000 francs», précisait hier Philippe De Bros.

Un article lu : 24heures.ch16/02/2004 à Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.