Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Signes du ciel

Si dieu parle au coeur , il n’en est pas moins difficile d’être séminariste quand on est sourd. Philippe vient de partir pour San Francisco , dans un séminaire spécialisé

Ses mains virevoltantes dessinent des arabesques dans l’espace. Allure de bon vivant, visage expressif et jovial, Philippe Furtato, 29 ans, est sourd profond de naissance. «J’ai entamé ma scolarité dans une école “oraliste”, on enseignait uniquement à lire sur les lèvres et à parler, il était interdit de “signer”. Ce n’est qu’à 9 ans que j’ai découvert la LSF, la langue des signes français. Une langue très visuelle, qui m’a permis d’assimiler plus aisément les connaissances. Il existe une véritable culture des sourds ”signants”, on peut raconter des histoires, dire des poèmes avec ses mains, et même faire du théâtre. Moi, j’ai du mal quand on me induit une Blague d'”entendant”, mais je comprends très bien les gestuelles d’un comique “signeur”.»
Philippe “parle” vite l’interprète essaie de suivre la cadence. «Il manque souvent un pont pour se comprendre avec les “entendants”. Quand j’étais petit. on se débrouillait en mimant. mais c’était souvent la confusion. A l’adolescence. lorsque je me baladais avec des sourds , on signait. Les gens nous regardaient ; je m’en moquais… mais je me cachais quand même un peu.»

Aujourd’hui, Philippe assume pleinement sa surdité, Qui ne l’a pas empêché d’entendre l’appel de Dieu à, un jour peut-être, être prêtre.
Mais malgré la bonne volonté de chacun, son handicap a toujours constitué un obstacle, plus ou moins difficile à franchir.
«Lorsque je suis entré au pré séminaire en 2001, s’est posée la question: comment adapter les cours à ma surdité? Cela ne s’était encore jamais fait dans un séminaire. Tout s’est mis en place progressivement . Le diocèse a finalement financé les aménagements pour que je dispose d’un interprète en LSF pendant les cours,»
Mais en dehors des cours? «La vie communautaire n’allait pas toujours de soi, Pendant , les

repas, je m’efforçais de suivre les conversations; c’était épuisant, comme lorsqu’on essaie de suivre la balle pendant un match de tennis, Du coup, je restais souvent à l’écart. S’il y avait eu deux ou trois autres sourds au séminaire, ça aurait mieux été.» Les autres séminaristes ont bien essayé d’apprendre les rudiments de la LSF pour lui traduire la messe et l’homélie, «Mais ils manquaient encore de vocabulaire. C’était difficile de n’être qu’avec des entendants, même s’ils avaient appris à signer>>,semble s’excuser Philippe.
Tout au long de son parcours, Philippe a su faire de sa surdité l’occasion de “rebondir” des JMJ de Toromo à l’organisation de la messe télévisée pour les sourds, en passant par Medjugorje le mois dernier, ou le catéchisme qu’il a dispensé à l’école Saint-Jacques, un grand centre parisien de formation pour les sourds. «C’est important de donner une bonne image des sourds aux enfants. Moi, quand j’allais au café, les catéchistes oralisaient; je ne pouvais jamais poser de questions…>>
«Mais la formation au séminaire reste difficile pour moi en théologie, en philosophie, malgré ma soif profonde de la Parole de Dieu.»
Alors, afin de pouvoir répondre à sa vocation dans de meilleures conditions, Philippe vient de décoller pour les États-unis, San Francisco plus précisément, oû, pendant un an ou deux, il poursuivra ses études en langue des signes américaine dans un séminaire catholique pour personnes sourdes, ll y retrouvera six autres séminaristes sourds : un Américain, des Africains,des Coréens…
Finalement veut-il devenir prêtre pour les sourds ou pour les entendants ? «Pas trop vite! Pour le moment, je continue à discerner ma vocation; je ferai selon ce que Dieu me dira,» Un Dieu qui parle à L’intime du cœur et que Philippe entend sans avoir besoin de signes…

Un article lu : Famille Chrétienne n°1347 – 00/11/2003

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.