Plus de programmes pour les personnes malentendantes

Selon une étude du CSA, conformément aux dispositions intégrées dans les conventions des chaînes privées et aux incitations répétées du Conseil, les chaînes hertziennes accroissent progressivement leur volume de programmes accessibles aux personnes souffrant de déficience auditive.
L’arrivée de la télévision numérique terrestre devrait enrichir encore cette offre…

En 2002, près de 5 800 heures de programmes ont été diffusées sur le réseau hertzien par les chaînes nationales avec un sous-titrage destiné aux personnes sourdes et malentendantes . Ce volume est en augmentation de 27 % par rapport à l’année précédente, de 36 % par rapport à 2000 et de plus de 64 % par rapport à 1998. Il est encore trop tôt pour établir une comptabilisation globale des programmes diffusés en 2003 mais on peut déjà mesurer les effets des stipulations entrées en vigueur en janvier 2002 dans les conventions de TF1 et de M6, ainsi que les résultats de la politique éditoriale de France 5 qui, en réponse aux demandes du Conseil, a commencé fin 2001 à sous-titrer une partie importante de ses programmes.

En 2002, France 2 a augmenté de 51 heures 45 minutes le volume horaire de ses programmes proposés avec un sous-titrage à destination du public sourd et malentendant, ce qui porte la proportion de ce programme à 20 % de l’ensemble de la diffusion (2). Avec 1 763 heures 37 minutes, la chaîne est très largement au-dessus du seuil de 1 000 heures annuelles imposé par son cahier des missions et des charges et réalise un effort notable en matière de sous-titrage en direct, puisque 509 heures de programmes ont été offertes dans ces conditions (dont le journal de 20h, des émissions de sport, la messe du dimanche matin et plusieurs opérations exceptionnelles).
France 2 propose en outre, du lundi au vendredi, une édition quotidienne d’un journal matinal de près de quatre minutes destinée aux personnes sourdes et malentendantes : le journal est sous-titré et traduit en langue des signes.

France 3 a augmenté son volume de programmes sous-titrés dans une proportion encore plus importante : 502 heures de plus que l’année précédente. Son offre dans ce domaine est très largement supérieure au seuil de 500 heures fixé par son cahier des missions et des charges : elle atteint 1 390 heures 11 minutes, soit 16,1 % du programme de la chaîne.
A noter que l’émission scientifique pour le jeune public C’est pas sorcier est sous-titrée, tant lors de sa première diffusion du dimanche matin que pour les rediffusions de l’après-midi.

France 5, pour sa part, a déclaré avoir proposé 604 heures de programmes accessibles aux personnes sourdes et malentendantes sur le réseau hertzien, soit 10,3 % de son programme, auxquelles il faut ajouter 293 heures en soirée, quand la chaîne est disponible sur le câble ou le satellite. Cette proportion est considérable au regard des volumes proposés en 2001 (81 heures 46 minutes) et plus encore en 2000 (15 heures 44 minutes). À la suite des incitations du CSA, la chaîne a commencé à sous-titrer ses programmes en 2001. Son cahier des missions et des charges, s’il lui impose de rendre ses programmes accessibles aux personnes souffrant de déficience auditive, ne lui donne en effet aucune obligation chiffrée.

Arte, qui n’a pas d’obligations particulières en la matière, a déclaré avoir diffusé 74 heures 2 minutes de programmes sous-titrés à destination des personnes sourdes et malentendantes sur le réseau hertzien, et 49 heures 43 minutes aux heures de diffusion sur le câble et le satellite.

Concernant les chaînes privées, en 2001, le renouvellement des conventions de TF1 et de M6 a donné au Conseil l’occasion de préciser, pour TF1, et d’introduire, pour M6, des stipulations visant à mieux prendre en compte le public sourd et malentendant. Le volume horaire minimum de programmes sous-titrés a été fixé pour TF1 à un niveau identique à celui de France 2 (1 000 heures par an). Contrairement à la convention précédente, la nouvelle convention de M6, pour sa part, comporte une obligation chiffrée de sous-titrage d’une partie de ses programmes pour les sourds et malentendants, avec une montée en charge de 200 heures supplémentaires chaque année. À terme, en 2006, cette chaîne devra respecter la même obligation que TF1 et France 2.

Quoique bien au-delà du seuil de 1 000 heures inscrit dans sa convention, TF1, pour la deuxième année consécutive, a diminué le volume horaire de ses programmes sous-titrés à destination des personnes sourdes et malentendantes qui, en 2002, s’élève à 1 752 heures 11 minutes, soit une baisse de 3,5 %. La proportion de programmes sous-titrés représente tout de même 20 % du programme total.

Conformément à sa nouvelle convention, M6 a commencé à adapter une partie de ses programmes aux personnes souffrant de déficience auditive : 213 heures, soit 2,4 % de son programme, bénéficient d’un sous-titrage spécifique. Ce volume horaire se compose de 35 % de séries telles que Buffy contre les vampires, Largo Winch ou Nounou d’enfer, de 30 % de téléfilms, de 27 % de dessins animés (Men in black, Iznogoud, La Famille de la jungle), et de 8 % de films.

Canal+, après avoir été incitée à développer le sous-titrage spécifique pour son offre cinéma en analogique, s’est engagée à diffuser chaque mois six films sous-titrés pour les personnes sourdes et malentendantes, ce qui représente 72 films pour une année. De plus, la chaîne a la possibilité de proposer une huitième diffusion d’un film (au lieu de sept normalement autorisées) à condition que celle-ci soit accompagnée d’un sous-titrage spécifique. En 2002, 20 films ont été diffusés pour la huitième fois dans ces conditions. Certains faisaient partie des 72 films sous-titrés dès leur première diffusion.

Par ailleurs, les films en langue étrangère (237 en 2002) ont tous été diffusés au moins une fois en version originale sous-titrée.

Un article lu : overdrive Audiovisuel – 02/02/2004

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.