Les sourds en quête d’intégration

L’intégration des sourds, et en général de tous les handicapés, dans la société française est très compliquée. L’Association des sourds de Cherbourg-Octeville et de la Manche (Ascom) lutte pour
leur faciliter l’accès au monde du travail, aux soins, à la justice, à l’information. Tour d’horizon des difficultés.

L’Ascom existe officiellement depuis 1977, mais elle a connu sa réelle révolution en mai 2002 avec l’arrivée de la dynamique Delphine Schnaderer, animatrice et aide en communication de l’association, au centre social de La-Brèche-du-Bois. Dès lors, il ne s’agit plus de se cantonner aux réunions entre personnes sourdes, mais de les faire rencontrer les entendants. « Les sourds doivent faire un travail d’intégration, comme par exemple à la cafétéria du centre social, afin de rencontrer les habitants du quartier. A l’inverse, les habitants sont accueillis au local de l’association, situé Montée-des-Résistants, pour toujours plus de dialogue », affirme Delphine Schnaderer. Le local, justement, est source d’inquiétude tant il est en voie de délabrement. « Un local décent est essentiel pour notre repas mensuel, qui réunit une cinquantaine de personnes. Il permettrait aussi d’inviter d’autres associations, et d’avoir accès à l’informatique, à Internet notamment qui est plus important encore que pour les entendants. » Ils attendent un geste de la mairie : « on leur a envoyé un courrier pour demander un local dans l’école des beaux-arts, où se trouvent déjà d’autres associations, ce qui serait vraiment enrichissant ». Côté justice : les sourds ne se sentent pas sur le même pied d’égalité que les entendants. « Récemment, une femme sourde a porté plainte au commissariat de Cherbourg, la police a alors contacté l’Ascom pour la traduction en langage des signes. A son plus grand étonnement, la plaignante a dû payer l’interprète ! La rémunération de l’interprète doit être prise en charge par l’Etat ou une collectivité territoriale. »

Justice, information, santé : tout leur est compliqué
Justice, information, santé : tout leur est compliqué

Pas d’interprète professionnel

Ce n’est guère mieux au niveau information. « A part Info-fax, un service d’information développé en partenariat avec Ouest-France, qui nous résume l’actualité et communique sur les sujets consacrés aux sourds, la télévision française est en retard au niveau sous-titrages : à peine 20 % des journaux, films et émissions sont sous-titrés contre 100 % dans plusieurs pays », peste Delphine Schnaderer. L’accès aux services de santé est aussi dramatique, que ce soit au niveau physique, notamment aux urgences, ou au niveau mental. « Il n’y a aucun interprète professionnel dans la Manche : comment fait un sourd pour suivre des séances de psychothérapie ? » On peut comprendre aisément que la permanente de l’Ascom soit débordée. Elle gère aussi les projets. « On essaye de monter en ce moment un spectacle en langage des signes avec un musicien et des danseurs. On aimerait aussi participer au festival Femmes dans la ville, du 1 er au 13 mars prochain. » Le combat pour une meilleure intégration des sourds dans la société n’est pas près de s’achever.

u Pratique. Pour tous renseignements, tél. 02 33 20 44 18.

Source : http://www.ouest-france.fr © 08 Janvier 2004 à Cherbourg (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.