Sourds d’abord, Québécois ensuite

Louise Bellavance côtoie les sourds depuis 24 ans. Elle se rend compte que même s’il est intégré dans la société, un sourd a besoin de son groupe d’appartenance, celui des sourds.

Jacques Boudreault, Manon Desharnais et Daniel Forgues n’ont pas peur de le dire… en signes. Ils sont sourds, mais ils n’ont pas l’impression d’être handicapés, puisqu’ils peuvent communiquer. Pas besoin d’oreilles, ils ont leurs mains pour s’exprimer.

« Moi, je suis Sourd. Je suis fier. Je n’ai pas de problème » affirme Daniel Forgues, d’entrée de jeu, comme pour éviter tout apitoiement sur son sort.

Jacques Boudreault a la même réaction. « Je suis habillé comme un Québécois, mais je suis Sourd », dit-il.

Source : Le Soleil – 04/01/2004 à Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.