Pour les loisirs des ados sourds

Darek Szuster Apprendre à communiquer sans la parole, c’est ce que propose la Filature tous les jeudis soir jusqu’au 11 décembre.

La Filature propose un atelier d’initiation à la langue des signes, à l’occasion de la représentation prochaine du spectacle « Pour un oui ou pour un non ».

La langue des signes est un moyen de communication gestuel (positions des doigts de la main, mouvements), et d’expressions du visage. Elle est utilisée par les sourds pour dialoguer, mais elle a sa propre syntaxe et n’emploie pas les formes grammaticales usuelles (sujet, verbe, complément). Elle s’exprime davantage par la visualisation de séries d’images. Un entendant peut apprendre la langue des signes française avec beaucoup de travail et de motivation. Même s’il faut des années d’apprentissage pour réellement dialoguer en signant, l’initiation permet déjà de communiquer par des termes génériques. Christine Schmitt, formatrice de langue des signes et responsable pédagogique au sein de l’Association socioculturelle des sourds du Haut-Rhin et de l’Université populaire, assurera un stage sur sept séances, tous les jeudis jusqu’au 11 décembre, de 17 h 30 à 19 h 30 à la Filature.

Un plus pour les entendants aussi
Douze personnes sont venues assister au premier cours et ont découvert les différentes formes d’expression du visage en les mimant à tour de rôle pour en apprendre leur signification. « Professionnellement, je vois beaucoup de gens, explique Florence Higelin, participante, en général, on communique en lisant sur les lèvres ou sur papier. L’initiation à la langue des signes est un plus pour les sourds et les entendants. » L’objectif de ce stage est de sensibiliser le public entendant au plaisir de communiquer avec les sourds, « de communiquer à travers une vitre, de discuter à distance sans avoir besoin de crier, de signer sous l’eau ou en ayant la bouche pleine, de communiquer dans des langues différentes », mais aussi d’apporter une perception différente du monde à travers une langue en image. Au terme de cette initiation de 14 h, des sourds viendront se joindre aux participants pour proposer une discussion, l’occasion pour les entendants de mettre en pratique leurs acquis. Cet atelier permettra également aux stagiaires d’approcher avec une sensibilité nouvelle le spectacle Pour un oui ou pour un non, écrit par Nathalie Sarraute, mis en scène par Philippe Carbonneaux et joué par Chantal Liennel et Emmanuelle Laborit, toutes deux comédiennes sourdes et muettes. Il est réalisé par l’International Visual Théâtre, créé en 1976 et dirigé par Emmanuelle Laborit (couronnée à la cérémonie des Molière en 93, pour son interprétation dans « Les enfants du silence »). « Les sourds n’ont pas l’habitude de se rendre à des spectacles », souligne Audrey Lamy, attachée aux relations avec le public. Pour un oui ou pour un non sera donné en représentation pour tout public à la salle modulable de la Filature, le vendredi 12 décembre à 20 h 30 et le samedi 13 à 14 h 30 et à 19 h 30.

CONTACTER
L’Association socioculturelle des sourds du Haut-Rhin. Tél. 03.89.43.60.71. Fax : 03.89.44.88.83.

Apprendre à communiquer sans la parole, c’est ce que propose la Filature tous les jeudis soir jusqu’au 11 décembre.

Source : L’Alsace – 06 / 11 / 2003

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.