Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

Les sourds veulent se faire entendre des policiers

Vous êtes au volant. Derrière vous, la police vous intime de vous arrêter, mais vous n’entendez pas la sirène. Le policier croit que vous refusez de coopérer ou que vous commettez un délit de fuite et, de mauvaise humeur, vous contraint de freiner. Le premier échange entre vous et l’agent risque de ne pas être des plus agréables!

C’est pourtant ce que vivent les sourds. L’Association des sourds et des malentendants de l’Abitibi-Témiscamingue (ASEMAT) a donc mis sur pied un projet qui vise à améliorer leurs relations avec la police.

Le tout prend la forme d’un autocollant transparent marqué de l’oreille barrée sur fond bleu. Sous l’image, on retrouve un espace pour écrire le numéro de téléphone du service d’interprète. Idéalement, l’autocollant sera placé sur le coin inférieur gauche de la fenêtre arrière, ce qui permettra aux policiers de comprendre que le conducteur est aux prises avec des problèmes d’audition.

«Il sera possible de joindre un interprète en tout temps», assure Josée Désaulniers, responsable du projet. Toutefois, en fonction de l’endroit où a lieu l’arrestation, le délai entre l’appel et l’arrivée de l’interprète sur les lieux pourra être plutôt long.

Une initiative d’ici

L’initiative a démarré à Rouyn-Noranda au début de l’année et devrait s’étendre à l’ensemble du Québec d’ici un à deux ans. «Nous aurions pu distribuer les décalques dès le mois de mai, mais il fallait attendre que tous les policiers de la région soient au courant de leur existence», explique Mme Désaulniers.

Les policiers recevront d’ailleurs, par l’entremise de leurs supérieurs, des documents qui leur montreront comment communiquer avec des personnes aux prises avec des problèmes d’audition. «Nous comptons faire un suivi avec eux dans quelques mois pour voir comment s’implante notre projet», fait savoir Josée Désaulniers.

1 $

L’autocollant est disponible au coût de 1 $ auprès de l’ASEMAT, dont les bureaux sont situés au 330 de la rue Perreault Est à Rouyn-Noranda.

Source : Le Citoyen – 21/09/2003 à Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.