La main des sourds

TIR SPORTIF Sierentz à l’heure européenne

Depuis lundi, le dixième championnat d’Europe de Tir pour les sourds a débuté à Sierentz. Les proches abords du stand de tir de Sierentz ont pris des allures de cité olympique en ce milieu d’après-midi dominical, alors que s’ordonnaient les acteurs de la cérémonie d’ouverture du 10e Championnat d’Europe de tir sportif réservé aux sourds. Sur le parvis des installations locales, Albert Elser, le président du club du cru, Jean-Marie Belliard, maire de Sierentz et son adjoint Yves Bisch ont accueilli les délégations des treize nations en compétition ; précédées de leur porte-drapeau respectif, annoncées par un panonceau brandi par de juvéniles mains, elles sont arrivées en file indienne. l’Europe des pays nantis a contrasté avec la modestie des petites nations : dans le sillage de l’Allemagne, à la délégation forte de plusieurs sportifs, le représentant chypriote, tout seul, semblait un peu perdu ; l’exubérance des concurrents transalpins tranchait singulièrement avec la réserve de leurs homologues ukrainiens, russes ou croates.

Traduction simultanée
Si les discours ont semblé d’une lenteur désespérante, c’était simplement, que les orateurs ont volontairement freiné le débit de leurs paroles, le temps pour des traducteurs spécialisés de transcrire leurs propos en langage des signes à l’intention de tous les malentendants. Dans le même ordre d’idées, l’auditoire a applaudi les discours à la façon des sourds, en agitant les mains au-dessus des têtes. En bon maître de maison, Albert Elser s’y est collé le premier. Le président a rappelé que deux raisons majeures l’avaient poussé à accepter le défi de l’organisation de ce championnat d’Europe : 2003 promulguée année du handisport sur le vieux continent et « à laquelle Sierentz a voulu s’associer pleinement », la gestion réussie, voilà deux ans, d’un championnat de France. « Nous souhaitons inscrire la manifestation sur une page de l’histoire du club et l’associer au 75e anniversaire » (des 4 et 5 octobre prochains), a conclu Albert Elser.

Des moments forts|de convivialité
Dans la foulée d’Isabelle Malaurie, présidente de la Fédération sportive des sourds de France, qui a souhaité « fair-play et performances » durant cette semaine de compétition, le maire de Sierentz a dit son honneur et son plaisir de pouvoir accueillir une manifestation de cette envergure. « Je vous souhaite de vivre des moments forts et de fraternité » a déclaré Jean-Marie Belliard, se disant assuré que « L’amitié gagnera ». Les allocutions closes, le drapeau de la Fédération européenne du sport pour les sourds a été hissé pour une semaine en fronton du stand sierentzois et le groupe folklorique des Trois Lys a pu oeuvrer à la convivialité en déroulant quelques ritournelles du terroir. « Les choses ne vont bien, que si les hommes s’entendent ; il faut savoir rapprocher les esprits et unir les coeurs » a préalablement affirmé Albert Elser. Les bases de cette citation ont été jetées sans plus tarder dans l’intimité du stand de tir et autour du buffet de l’amitié. H Chr. Fr. Astrid Fromm

2003 est l’année du handisport, et Sierentz en est une des capitales pour quelques jours.

Source : L’Alsace – 17/09/2003

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.