La main des sourds

Handicapés auditifs, vers une meilleure intégration sur le marché de l’emploi

Une équipe de spécialistes en ” langue des signes ” se trouve actuellement à Bamako. L’étape la plus importante dans le processus d’intégration socio-professionnelle des handicapés physiques reste la formation. Dans ce cadre, durant trois semaines, enseignants des deux écoles pour malentendants du district, conseillers pédagogiques des centres d’animation pédagogique de l’Hippodrome et de Banankabougou, ainsi que plusieurs autres enseignants généralistes, seront formés par cette équipe.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’Association Universelle des Sourds-muets de Porto Novo (Bénin) et l’école des déficients auditifs (EDA) de Bamako. Elle a été possible grâce à l’appui technique et financier de ” Angata “, association française oeuvrant pour les sourds dans le monde entier.

AMA sourds (Association Malienne pour les Sourds), s’est fortement impliquée pour la réalisation de cette formation. Améliorer les conditions d’apprentissage des jeunes handicapés sera possible grâce à cette formation.

Harmoniser les signes pratiqués aux niveaux national, sous-régional et international, reste le principal objectif de cette formation. Avec la maîtrise de cette pédagogie, les jalons d’une véritable structure permettant de matérialiser l’intégration sociale des sourds-muets pourront être posés.

L’élaboration de manuels permettra aux jeunes sortis du cycle de poursuivre leurs études au niveau secondaire.

Doter les enseignants maliens d’une pédagogie efficace et mieux adaptée dans l’apprentissage des élèves du 1er et 2ème cycle fondamental sera possible grâce à cette formation, selon Yaya Doumbia, directeur des études de l’EDA.

Le domaine de l’artisanat et du commerce, sont généralement réservés aux sourds. Avec l’expérience des spécialistes venus du Bénin, les jeunes handicapés pourront s’ouvrir plus facilement les portes du marché de l’emploi.
Grâce aux associations, les malentendants s’intégreront plus facilement dans le tissu économique, faisant ainsi reculer la barrière de l’exclusion qui existe à leur encontre.

La construction de deux écoles EDA à l’Hippodrome et Jigiya Kalanso à Banankabougou, chargées de l’instruction des malentendants à travers ” la langue des signes “, ont été réalisées par Angata au Mali.

Source : afribone.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.