La main des sourds

Journée de l’audition: éviter aussi l’isolement social

Une journée riche d’enseignements consacrée à l’audition et aux problèmes de la malentendance s’est déroulée hier à l’hôtel de ville. L’occasion d’apprécier les initiatives des structures et des associations concernées.

Elle est constamment en éveil et sollicitée, et pourtant on n’y prête pas toujours l’attention souhaitable. L’audition, au coeur même de la communication, a fait l’objet hier d’une journée nationale de sensibilisation, histoire de mieux tendre l’oreille aux troubles qui s’y attachent, aux associations et aux structures apportant leur soutien et leur aide aux personnes souffrant de malentendance à des degrés divers.

L’hôtel de ville a offert son cadre et ses salons aux uns et autres pour une manifestation qui a rassemblé, avec le CCAS représenté par sa vice-présidente Christine Genet et la mission handicap dirigée par Dominique Trabucco, les acteurs directement concernés par un problème à la fois médical et de société.

“Les malentendants ne se reconnaissent pas comme personnes handicapées, ils n’éprouvent pas forcément le besoin d’être appareillés le cas échéant, ni de se réunir en associations>, estime le Dr Hélène Marchal, présidente de L’espoir lorrain des devenus sourds et malentendants. “Pourtant, on pense que près de 10% de la population rencontre des problèmes d’audition>, souligne cette responsable d’association en ajoutant: “L’un des dangers de la surdité, c’est l’isolement. Notre ambition est de remettre les gens dans le circuit, de faire en sorte qu’ils prennent bien en charge leur handicap. Il serait par ailleurs souhaitable de faire un examen de l’audition à partir de soixante ans; plus on attend, et plus ça devient difficile d’être appareillé”.

Insertion et épanouissement
Le centre d’examens de santé et de médecine préventive de la CPAM à Metz, présent hier aussi à l’hôtel de ville, réalise dans le cadre de ses bilans un test auditif. Des examens gratuits y étaient d’ailleurs proposés, ainsi qu’au CHR de Metz. Cela dit, les ORL sont là au quotidien pour répondre aux interrogations de santé, et avec eux les orthophonistes et les audioprothésistes qui interviennent sur ordonnance médicale.

A l’hôtel de ville où se sont tenues des conférences sur les dangers du bruit qui guettent également les jeunes, l’insertion de la personne malentendante en milieu scolaire, professionnel et dans la vie de tous les jours, des structures et des associations comme l’Institut national des jeunes sourds de Metz, l’Institut d’éducation sensorielle, les Mains à l’informatique ou encore l’Union sportive et loisirs des sourds de Metz ont expliqué leur démarche. Au coeur d’initiatives appelées à favoriser l’épanouissement et l’accès à la culture, à donner aux personnes handicapées les clés de la réussite. L’espace multimedia de la Ville a ainsi rappelé qu’il a ouvert des ateliers d’initiation à l’informatique et à internet pour les malentendants.

L’audition est assurément un bien précieux. Elle mérite effectivement qu’on soit à son écoute.

Source : Le Républicain Lorrain – 13/06/2003

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.