La main des sourds

Bienvenue dans mon monde

Sophie Bula et son père, Daniel, font partie des prétendants à une médaille.

La Pulliérane Sophie Bula sera l’une des favorites des Championnats suisses des sourds, qui se disputeront ce week-end au gymnase Auguste-Piccard. Rencontre.

Se rendre chez la famille Bula, c’est un peu comme pénétrer dans un univers inconnu. Tout commence sur le pas de la porte. Bien qu’actionnée, la sonnette reste muette. Etrange. Le premier réflexe est de penser qu’elle est en panne. Mais à peine tente-t-on de vérifier cette première impression, que des pas se font entendre de l’intérieur.

Sophie Bula, 16 ans, vice-championne suisse de badminton des sourds, fait son apparition. «Bienvenue dans mon monde, celui du silence», lance-t-elle, tout en précisant que ses parents et son frère sont sourds profonds, alors qu’elle est malentendante. Toujours intrigué par la «sonnette muette», nous demandons à Sophie comment elle savait que quelqu’un patientait sur le seuil. «C’est tout simple, explique l’étudiante en informatique. La sonnette est reliée aux lampes de l’appartement. Dès que quelqu’un «sonne», nous sommes aussitôt avertis, indépendamment de l’endroit où nous nous trouvons.»

Le système est identique pour le téléphone. Un téléphone pour les sourds? Bizarre, direz-vous. Il s’agit en fait d’un combiné pourvu d’un clavier. Chaque communication passe par une centrale équipée du même appareil et qui sert de relais. Tantôt la standardiste lit les messages tapés par les sourds, tantôt elle retranscrit les paroles des entendants.

Chez les Bula, la communication est primordiale. Très visuelles, les conversations prennent parfois des allures théâtrales. Comme lorsque le papa de Sophie se met à taquiner sa fille, assise à ses côtés. D’une série de gestes papillonnant dans les airs, il lui fait comprendre qu’elle sera une star lorsque ces lignes seront publiées. La maman qui assiste à la scène prend la défense de Sophie, montre sa fermeté en terminant ses silencieuses paroles par une frappe énergique dans ses mains. Le tout en gardant au bord des lèvres un sourire complice. L’humour est omniprésent dans la famille. «Dans le monde des sourds, il y a tout: des rires comme des disputes, souligne Sophie Bula. C’est pareil que chez les entendants.» Pareil, sauf que dans une famille pratiquant le langage des signes, un entendant peut très vite se retrouver isolé. Comme quoi la notion de handicap est toute relative.

«Rapports plus chaleureux»

A cheval entre le monde des entendants et celui des sourds, Sophie Bula est une sportive accomplie. Membre de l’équipe suisse de badminton des sourds, elle dispute également le championnat de 3e ligue avec Badminton Lausanne. «Le niveau des entendants est plus élevé. Il me permet de progresser. Toutefois, après une semaine entière passée chez les entendants, je me sens plus à l’aise avec les sourds. La communication est meilleure, les rapports sont plus chaleureux.»

La passion de Sophie pour le volant est venue de son papa. Celui-ci remettra d’ailleurs en jeu son titre national seniors ce week-end lors des Championnats suisses de badminton des sourds (lire encadré). C’est lui qui l’a incitée à pratiquer ce sport.

Mais au juste pourquoi le badminton plutôt qu’une autre discipline? «Ce sport ne handicape pas trop les malentendants, répond la jeune fille. Certes, il est plus difficile d’apprécier la vitesse du volant puisque l’on ne perçoit pas le bruit de la raquette de l’adversaire au moment de l’impact. En revanche, nous développons d’autres aptitudes. Nous avons notamment une plus grande capacité visuelle.»

Ce week-end, l’objectif de Sophie sera d’atteindre la finale des championnats suisses. Histoire de faire aussi bien que l’an passé. «Quoi qu’il en soit, il faudra absolument que le public y fasse un tour, reprend-elle. L’atmosphère de ce genre de compétition est particulière. Le silence est intense, toute communication passant par le langage des signes. Les seuls bruits qui rompent ce silence proviennent de nos éclats de rire.»

09/02/2003 à Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.