Séverine et la Langue des signes française

Bonjour

Séverine Pozet, hôtesse à l’office de tourisme de Meursault engage un dialogue avec les sourds pour faciliter leurs démarches.
Depuis quelques mois, une nouvelle hôtesse anime l’office de tourisme de Meursault. Outre sa connaissance de l’anglais et de l’espagnol, Séverine Pozet pratique la LSF, langue des signes française.

Séverine Pozet est arrivée à Meursault en octobre, après plusieurs années passées à l’office de tourisme de Chalon-sur-Saône. C’est là que, confrontée à un public de malentendants, elle a décidé de suivre une formation en langue des signes qui lui permettra de transformer de problématiques dialogues de sourds en véritable communication.
Grâce à l’association Culture et Langue des Signes Ferdinand Berthier de Louhans, elle s’est initiée à la LSF.

Bien Public – Qu’est-ce que la LSF ?
Séverine Pozet. – C’est une forme de langage visuel et gestuel, basé sur les expressions du visage, les mimiques et les mouvements, principalement des mains. Elle permet aux sourds de communiquer entre eux et avec ceux qui la pratiquent.

BP – Est-ce difficile à apprendre ?
Séverine Pozet. – Il faut plusieurs années pour « signer » couramment car comme toutes les langues, elle a son vocabulaire, sa structure et sa grammaire. On commence par apprendre les mots de la vie courante, puis on construit des phrases (le complément est souvent placé au début).
On raccourcit aussi au maximum. Ainsi « je fais de la gym » devient « moi, gym ». C’est en tout cas une vraie gymnastique intellectuelle !
La langue est-elle la même partout ?

BP – La langue est-elle la même partout ?
Séverine Pozet. – En principe oui, mais comme pour toute langue vivante, il faut noter des évolutions avec le temps, des variantes entre les différentes régions et surtout l’arrivée d’un nouveau vocabulaire, lié aux technologies récentes et à l’évolution sociale (« cool », « super », « génial », etc.)

BP – Y a-t-il des trucs particuliers pour faciliter une traduction rapide ?
Séverine Pozet. – Oui, bien sûr ! Par exemple, entre nous, nos prénoms sont remplacés par un signe distinctif physique ou du caractère. Ainsi, pour me désigner, on montre du doigt deux grains de beauté que j’ai dans le cou.
Ma copine qui zozote un peu correspond à un effleurement des lèvres et celle qui est très rieuse est désignée par un grand sourire. La même chose pour les célébrités : Chirac se résume à un grand nez, Charlot à une canne et Ben Laden à un turban !

Petit historique de la LSF

Fin XVIIIe siècle. – Invention de la langue des signes par l’abbé de l’Epée et première école pour sourds.
1880. – le congrès de Milan interdit l’utilisation de la langue des signes sous prétexte d’immoralité.
1976. – réintroduction de la LSF dans le système éducatif et mise en valeur de la culture des sourds.
2002. – reconnaissance officielle de la LSF par l’Education nationale qui lui donne un statut analogue à celui des 43 langues vivantes d’Europe.
Il y a environ 200 000 sourds de naissance en France (4 millions de Français ont des problèmes auditifs plus ou moins graves) et entre 2000 à 3 000 sourds dans la seule région de Bourgogne. Au total 300 000 personnes en France utilisent la LSF.

Source : Le Bien Public – 16/04/2003 à Beaune

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.