Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

La société isole-t-elle les sourds et muets ?

Au lycée, initiation au langage des signes et sensibilisation aux problèmes de la surdité

Céline Roger est professeur de français au lycée Jan-Lavezzari, à Berck. Un jour, elle rencontre un sourd et muet, à qui elle ne sait pas comment dire merci. Elle mesure alors l’isolement que doit être celui des personnes touchées par ce problème. Avec Alain Goillon, documentaliste du lycée et cinéaste, elle a décidé depuis la rentrée, de mener un projet pédagogique sur les problèmes posés par la surdité avec ses élèves de seconde bio-services (sections maintenance et hygiène des locaux et agent technique d’alimentation).
Sensibilisés à leurs difficultés
Mercredi, c’était l’aboutissement de ce projet pédagogique, au cours duquel les élèves ont pu mesurer l’isolement et le manque de communication dont beaucoup de personnes souffrent. Jean-Pierre Dupont est professeur de langage des signes auprès du centre de formation et de culture des sourds, à Lille. Il est venu à la rencontre des lycéens avec une interprète qui n’est autre que sa fille : Noémie. Elle a appris ce langage avant de savoir parler : « Papa et maman sont sourds et muets et ce langage est ma langue maternelle ». Durant deux heures, ils ont exposé les difficultés des sourds et muets devant une trentaine d’élèves captivés.
Ils ont ainsi appris les rudiments de l’alphabet sourd-muet, et sont déjà capables de former quelques mots. Leur professeur espère bien poursuivre son projet l’an prochain. Un bon moyen de motiver certains élèves en difficulté. Des débouchés existent dans ce domaine. La pratique du langage des sourds et muets est un atout pour un CV.
Jean-Pierre Dupont, traduit par Noémie, intervient dans différents établissements scolaires, en université, ou à la faculté de médecine de Lille. En cette année européenne des handicapés, il sensibilise la société sur la situation des sourds.
« En France, il y a 4 millions de personnes qui souffrent de ce handicap dont 12 000 dans la région, où il n’existe que deux interprètes officiels. On n’imagine pas les obstacles : un rendez-vous avec un médecin doit se faire avec une tierce personne, où est le secret médical ? La région ne comporte qu’un hôpital, où un médecin et une secrétaire ont été formés : il s’agit de Saint-Philibert à Lomme. Des patients viennent parfois de loin pour une simple consultation de 10 minutes. Dans les administrations, les guichets appropriés font défaut. Le langage des signes fut longtemps interdit. Depuis un an, il est reconnu par le ministère de l’Education nationale. Pour un sourd et muet, les choses se compliquent lorsqu’il se trouve confronté à un interphone, lorsque célibataire, âgé de 40 ans, il doit effectuer une démarche auprès de l’ANPE, et qu’il se fait accompagner de sa maman, elle-même âgée de 80 ans. Suivre la scolarité d’un enfant est un autre obstacle. Les parents se font accompagner de l’enfant qui ne leur traduit que les remarques qui leur sont favorables »
Jean-Pierre Dupont se considère comme un citoyen que la société isole. Il demandait lors d’une élection, si le candidat qui venait dans sa ville, allait être accompagné d’un interprète. Au lieu d’un traducteur, il recevra la conférence écrite en alphabet Braille. Il précise que pour travailler, il suffit des yeux et des mains, et qu’un sourd et muet est en mesure de satisfaire un employeur.
Explosion de l’usine AZF : 5 000 sourds
La surdité peut survenir à tout moment. Cinq mille personnes sont devenues sourdes à la suite de l’explosion de l’usine AZF. Une maman est devenue sourde lors d’un accouchement. Jean-Pierre Dupont a vécu dans les deux mondes. Il est devenu sourd à l’âge de 9 ans et demi.
Avant de terminer son long entretien, au cours duquel il a répondu à toutes les questions posées, il a félicité ses auditeurs pour avoir appris l’alphabet sourd-muet. Quelques gestes brefs, reprenant les tics ou particularités physiques de nos hommes ou femmes politiques ont enfin été inculqués. Un seul signe suffit pour les désigner !
J.-C. Laurence (CLP)
Une exposition destinée à tous les élèves du lycée est en projet pour la fin de l’année scolaire. Centre de formation et de culture des sourds : 98 rue Solférino 59 800 Lille ; tél. 03 20 42 90 37 – Fax : 03 20 13 94 05. E-mail: languesignelille@aol.com ; site : www.languesigne-lille.org

Source : La voix du nord – 23/03/2003 à Lille

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.