Personnage virtuel, ARTUS traduit la télévision pour les malentendants

Pour aider les étudiants sourds à poursuivre des études supérieures, Jacqueline Billant a eu l’idée de créer le site LSF, qui propose un langage signé des concepts rencontrés pendant les cours.

La surdité est le handicap le plus répandu en France. Elle touche quatre millions de personnes. Dans le cadre des études, elle est d’autant plus handicapante, puisque la langue française des signes (LSF) est principalement utilisée dans le langage quotidien. Pour résoudre les problèmes de compréhension que l’étudiant sourd rencontre dans les disciplines spécialisées, un accompagnateur interprète est présent. Des termes de spécialité en LSF se créent entre l’étudiant et l’interprète dans la compréhension des cours, mais disparaissent dès que leur relation s’achève.

Pour répondre à ce problème, Vidéoscop-Université Nancy 2, sous l’impulsion de Jacqueline Billant, a créé une base de données interactive de termes de spécialité en LSF. Cet outil propose aux utilisateurs de visualiser la vidéo de l’équivalent signé du terme recherché. Les termes présents dans la base ont été recueillis auprès de formateurs sourds en langue des signes, d’interprètes, d’enseignants intervenant dans la formation de personnes sourdes et de malentendants. “Les étudiants sourds participent également à l’enrichissement du site en nous transmettant des termes signés, qu’ils utilisent avec leur interprète>, indique Nathalie Vaglio, webmaster du site LSF.

Pour une intégration des sourds
L’initiatrice de ce projet est Jacqueline Billant, linguiste, enseignante à l’Université Nancy 2, qui a décidé de profiter de sa retraite pour mettre en oeuvre un projet qui lui tenait à coeur. “En 1988, j’ai mis en place un cours de surdité et langage pour les étudiants en science du langage. Puis en 1993, le premier étudiant sourd est arrivé sur le campus, et il avait besoin d’être accompagné dans ses études. Nous avons donc fondé, en partenariat avec les universités nancéiennes, Cesens-Est, le Centre européen d’intégration et de préparation des sourds à l’enseignement supérieur de l’Est>.

Le site LSF a vu le jour en septembre 2000, à partir d’un double constat. Jacqueline Billant, en contact permanent avec des sourds par l’intermédiaire du Cesens-Est, s’est rendu compte des difficultés de l’enseignement. Les étudiants sourds suivent les cours en lisant sur les lèvres, mais il existe une perte de 70 % de l’information.

“Nous voulions mettre en place de véritables interfaces de dialogue entre le monde des sourds et celui des entendants. L’utilisation d’internet permet une grande interactivité, poursuit-elle. Je reçois des messages de Guyane ou d’Amérique du Sud. Les personnes commencent à envoyer des signes, mais il y a un a priori. Les personnes n’osent parfois pas transmettre les signes qu’ils utilisent, car ils pensent que le site, au même titre qu’un dictionnaire, fait autorité. Mais le site est mobile, et plusieurs signes peuvent représenter un concept. Cette langue spécialisée est à l’état naissant, et il y aura des évolutions”, confie Nathalie Vaglio.

Le site LSF a été récompensé pour la qualité de son programme éducatif et culturel, la richesse et la qualité de ses contenus, par le Prix Argo Denis-Diderot, le 12 octobre dernier à Paris.

Source : http://www.republicain-lorrain.fr – 12/11/2002 à Nancy

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.