Les déficients auditifs ne seront plus seuls

L’ADACO dans les locaux de la maison des associations au Portel

L’ensemble des sourds profonds, malentendants, ex-malentendants ont besoin d’une association. Deux essais avaient été tentés, sans succès, l’un par Paulette Gourdin en 1976, qui regroupait une trentaine d’adhérents, l’autre par Pascal Fourcroy (Association des sourds de la Côte d’Opale) jusqu’en 1991.
MM. Dallery, Dedisse et Frédéricq Marcq ont décidé de reprendre le flambeau. Les deux premiers, mariés avec deux enfants, ont en commun que leurs épouses sont sourdes profondes. Frédéricq Marcq, célibataire, est champion de speed sail. Salariés, ils ont décidé de consacrer leur temps libre aux sourds, à travers l’Association des déficients auditifs de la Côte d’Opale (ADACO). Leur but est d’aider les déficients auditifs à se rencontrer et à communiquer, soit avec les oralises ou le langage des signes français (LSF), utilisé par les sourds. « Le langage des mains est indispensable ; Il a sauvé la vie des sourds et malentendants », explique l’un d’eux. Sa compréhension, via un interprète, ouvre de nombreuses portes, dans la vie sociale, les spectacles…
A compter du mois de janvier, l’ADACO donnera gratuitement cinq séances de LSF dans son nouveau local de la maison des associations du Portel (rue Carnot). Renseignements : 03 21 87 73 88 (Mme Havet).

03/12/2002

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.