Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

La fracture auditive des télévisions

En 2001, seulement 10 % des programmes des télévisions françaises étaient sous-titrés en faveur des quelque 6 millions de sourds et malentendants. La frustration est d’autant plus vive que nos voisins britanniques montrent qu’on peut faire mieux : entre la BBC et Channel 4, les sous-titrages concernent 74 à 76 % des programmes ! La « fracture auditive » française, soulignée par le rapport Charpillon remis au ministère de la Culture, a été d’autant plus choquante, cette année, qu’au moment de l’élection présidentielle très peu d’émissions politiques ont été sous-titrées.

Le rapport souligne notamment l’étrange disparité des obligations : France 3 se voit imposer un quota minimal de 500 heures sous-titrées, contre 1 000 heures pour France 2 et TF1. M6, largement profitable, bénéficie d’une exception (200 heures à compter de cette année). Aberration surprenante : Arte n’a aucune obligation. A noter, toutefois, que toutes font mieux que les minimaux légaux. TF1 (avec 1 816 heures) montre l’exemple.

Le prix est-il un obstacle ? Le coût moyen d’une heure de sous-titrage s’élève à 1 500 euros. Si bien que, pour rejoindre le niveau des Britanniques, l’ensemble des chaînes devrait consentir un effort de 59 millions d’euros.

Enfin, le sentiment d’injustice des malentendants tient aussi à la sévérité des critères d’exonération de la redevance audiovisuelle, estime le rapport. Son assouplissement obligerait l’Etat à sortir de sa poche quelque 247 millions d’euros. Prohibitif !

Source : lepoint.fr – 15/11/2002

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.