Les comédiens sourds ont leur théâtre

ILS ONT PRIS possession des lieux le 3 juin. La compagnie IVT composée de personnes sourdes s’est installée dans un théâtre du IX e à la suite d’un accord avec la Ville de Paris. Squatté depuis plusieurs mois, le théâtre 347, situé dans la cité Chaptal, n’est pas prêt à recevoir le public mais permet à la troupe de répéter. Ce théâtre, les comédiens de la compagnie IVT l’attendaient depuis des années. Créée il y a 25 ans, la compagnie regroupe une école de langue des signes et une maison d’édition spécialisée. Une douzaine de comédiens professionnels et une quinzaine de salariés profitent dès cet été des locaux. « Notre installation dans Paris n’est pas anodine. C’est la ville de la libération des sourds. Pendant la révolution, c’est dans la capitale que le premier institut des jeunes sourds fut ouvert. Nous sommes moins isolés », explique Jean-François La Bouverie. Hébergée depuis 15 ans dans une des tours du château de Vincennes, cette troupe prend une nouvelle dimension en s’installant dans le quartier des théâtres, en plein Paris. Enfin reconnue, la compagnie codirigée par Emmanuelle Laborit et Jean-François La Bouverie espère avoir les moyens de réaliser des créations en langue des signes et en langue parlée. « Il s’agit d’en faire un théâtre comme tous les autres, ouvert sur le monde. Nous voulons faire revivre ce théâtre », explique le directeur. Pour que tous les publics puissent apprécier leur travail, les mises en scène mêlent langue des signes et langue parlée. Comme dans « Pour un oui, pour un non » de Nathalie Sarraute où deux comédiennes sourdes dont Emmanuelle Laborit sont accompagnées de deux comédiens qui vocalisent le texte. Mais avant de voir les premières créations d’IVT, des travaux sont nécessaires dans cet espace de 800 m². « Nous estimons le coût à 2 millions d’euros (13 119 140 F). Il faut que nous nous organisions pour trouver les financements. Ça ne se fera pas rapidement. Nous devons refaire la scène. A une époque il y avait 347 places ici, aujourd’hui les conditions de sécurité nous imposent une plus petite jauge. Il faut repenser le lieu », précise Jean-François La Bouverie. IVT est soutenue par le ministère de la Culture et proposera un large éventail théâtral, des oeuvres pointues de Büchner aux créations originales des membres de la compagnie jusqu’aux grands classiques comme « Antigone » de Sophocle.

Source : http://www.leparisien.fr © 17 Juillet 2002 à  Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.