Le Geste et la parole, nouvelle association, promeut la langue des signes

Rétablir le dialogue avec les sourds

Pascal Legrand est président de la toute jeune association Le Geste et la Parole. Son objectif : « créer une passerelle entre le monde des entendants et celui des sourds » en dispensant des cours de la langue des signes.

Pascal Legrand a perdu une partie de ses capacités auditives à l’âge de 7 ans. Aujourd’hui, 31 ans plus tard, le Bayeusain est président d’une toute jeune association : Le geste et la parole. L’ancien interprète de la langue des signes, actuellement sans emploi, a décidé de combler le fossé du silence qui sépare le monde des sourds de celui des entendants.

« Il existe trois degrés de surdité plus ou moins élevés. Une personne sourde peut maîtriser jusqu’à 2 000 mots de la langue française contre 80 000 pour un entendant. » S’il a perdu une partie de ses capacités auditives durant son enfance, Pascal Legrand s’adresse à n’importe quel individu à la perfection. Aujourd’hui âgé de 38 ans, le Bayeusain a décidé de relever le défi de sortir les malentendants de leur isolement quotidien.

« Voici maintenant 2 ans que j’essaye de créer une association pour promouvoir la langue des signes », indique Pascal Legrand. Depuis 6 mois, c’est chose faite. Une fois les démarches et les contraintes administratives remplies, l’association Le geste et la parole est née.

L’objectif de Pascal Legrand est clairement établi. Entouré par une dizaine de bénévoles, dont Véronique Fourneaux (trésorière) et Valérie Godillon (secrétaire), il s’efforcera « à créer une passerelle entre le monde des entendants et celui des sourds. Il est évident qu’il y a un problème de communication à ce niveau ».

Ancien interprète de la langue des signes, il a d’ores et déjà mis en place des cours. « Ils ont lieu tous les mardis à la Ferme-théâtre de Varembert, située à Esquay-sur-Seulles, reprend Pascal Legrand. Le propriétaire des lieux nous prête un local et participe même aux cours dispensés par Le Geste et la parole. Pour un comédien, l’apprentissage de la langue des signes est un bon moyen de mieux utiliser l’espace. »

Près d’un an d’apprentissage

Pour les autres personnes désireuses de s’initier à ce langage, il faudra alors compter plusieurs mois pour parvenir à la maîtriser. « Nous ne pouvons pas dire quel laps de temps sera nécessaire à une personne pour parler le langage des signes, remarque Pacsal Legrand. Le temps d’apprentissage est fonction de la timidité, de la souplesse et de la motivation de tel ou tel individu. Il faut parfois un an pour communiquer correctement. »

Dans les jours à venir, le Bayeusain s’attachera donc à poursuivre son opération de promotion pour sensibiliser les habitants du Bessin. « J’ai déjà des contacts avec plusieurs entreprises qui emploient des malententants. Pour les autres salariés, il serait intéressant qu’ils suivent des cours pour faciliter les relations professionnelles. »

Et comme un projet ne se concrétise jamais seul, Pascal Legrand montera une troupe de théâtre pour sourds et malentendants le 1er septembre, qui sera basée à Caen. « Nous avons déjà une dizaine de personnes inscrites. »

Source : www.ouest-france.fr © 30 Mai 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.