Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Journée de l’audition. Le préfet à l’écouteur

Une délégation de déficients auditifs a déposé, hier, au représentant du préfet, deux motions visant à une meilleure prise en charge de leur handicap.

En France, quatre millions de personnes seraient atteintes de troubles auditifs (devenus sourds, malentendants, acouphéniques, hyperacousie…). Hier, une journée nationale leur était consacrée, relayée en Côtes-d’Armor par l’antenne France acouphènes Bretagne et l’association des Devenus sourds et malentendants, à Saint-Brieuc.
Une manifestation qui s’est déroulée au centre Jacques-Cartier pour la partie conférences débats et animations. Une journée qui a, aussi, pris un tournant plus officiel cette année avec la remise de deux motions au préfet.
Les présidentes des deux associations, Marie Bourdet (Devenus sourds) et May Vincent (Acouphéniques), ont fait lecture de leur cahier de doléances à la collaboratrice du représentant de l’Etat, Sylvie Le Braz, du bureau du cabinet du préfet. Des revendications qui portent essentiellement sur la prise en charge du handicap, la prévention et surtout l’accessibilité des lieux publics aux déficients auditifs.
Comme l’ont fait entendre les bénévoles, hier, à leur interlocutrice, si certains textes existent, la réalité est tout autre. « Les lieux publics sont rarement équipés d’aides techniques à l’écoute (boucles magnétiques, supports écrits et visuels) pour faciliter la communication. Les personnels d’accueil devraient être formés et la profession de preneur de notes reconnue et sanctionnée par un diplôme ».

Une charte qualité de l’accueil

Sylvie Le Braz a assuré les membres de la délégation de l’intérêt que porte le préfet, Mme Haye-Guillaud, à ces questions humaines. « Côté prévention les préfets vont prochainement user d’un nouvel outil juridique concernant l’encadrement des raves parties en obligeant les organisateurs à se déclarer. Concernant la prise en charge des prothèses, l’ARH a lancé une réflexion sur cette question. Quant aux aides techniques dans les lieux publics, la préfecture est en train d’établir une charte de qualité d’accueil en Côtes-d’Armor dans laquelle nous intégrerons cette démarche ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.