Les nuisances sonores au coeur des débats

La journée nationale de l’audition, qui se déroule aujourd’hui, marque le début d’une campagne d’information sur le risque auditif dans la vie professionnelle. Elle aura pour cadre les services de médecine du travail et les services sociaux.

En France, 40 % des personnes malentendantes ont moins de 55 ans, soit près de deux millions de personnes. 30.000 à 50.000 jeunes seraient menacés par les décibels provenant de leurs baladeurs.

En outre, près de 7 millions de personnes vivent dans des milieux urbains fortement exposés aux nuisances sonores, et 750 personnes deviennent sourdes chaque année en raison du bruit subi sur leur lieu de travail.

A Toulouse, la Communauté municipale de santé s’associe à la campagne nationale en proposant, en partenariat avec la caisse de retraite complémentaire AG2R Midi- Pyrénées, une journée d’informations, de dépistages gratuits, de présentation de matériels auditifs. Elle a convié des professionnels de l’audition, des membres de l’Association des malentendants et devenus sourds de Midi-Pyrénées.
LES VICTIMES AUDITIVES DE L’EXPLOSION D’AZF

Au forum de la Fnac, en fin d’après- midi, une conférence-débat réunira médecin, audioprothésiste, sophrologue et correspondant de l’Association France-Acouphènes, sur le thème des victimes auditives de l’explosion de l’usine AZF.

Bien qu’il n’existe pas encore de bilan chiffré des troubles auditifs provoqués par la catastrophe, on sait que l’explosion a occasionné des cas graves de surdité ou aggravé des problèmes de malentendance.

« Les cas les plus fréquents que nous ayons rencontré concernaient essentiellement des patients déjà porteurs d’appareils de correction de la surdité, précise Eric Bougerolles, audioprothésiste, « Chez ces gens, déjà fragilisés, l’explosion a provoqué une nouvelle baisse de l’audition. D’autres personnes, habitant à proximité de notre centre des allées Charles-de-Fitte, ont subi des traumatismes sonores au niveau de l’oreille interne, à cause de l’intensité du bruit. Dans leurs cas, les dégâts sont irréversibles. Ils devront porter un appareillage auditif. Par contre, en ce qui concerne les traumatismes causés par le souffle de l’explosion, à proximité de l’usine, seule la chirurgie peut s’occuper des tympans abimés, percés ou arrachés »

A noter qu’après la catastrophe, la Caisse primaire d’assurance maladie a attribué une aide spécifique aux victimes auditives de l’explosion: une somme de 457, 35€ (soit 3000 F) qui vient s’ajouter au remboursement habituel de ce type de prothèse.

Cependant, de même que les jeunes gens qui écoutent de la musique trop fort risquent de souffrir de troubles auditifs plus tôt que les autres, les gens qui ont été exposés à une forte explosion doivent craindre de voir apparaître dans quelques années une certaine fragilité de l’oreille. Comme il vaut toujours mieux prévenir, il est recommandé de consulter un médecin ORL.

15/05/2002 à Toulouse (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.