Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Des sourds-muets parmi les braqueurs

LES AUTEURS du braquage d’un restaurant asiatique le 4 décembre dernier à Combs-la-Ville ont été interpellés. Les quatre malfaiteurs, parmi lesquels deux sourds-muets, s’étaient spécialisés dans le braquage de ce type d’établissement. Mardi soir, vers 23 heures, le gérant d’un restaurant asiatique de l’avenue du Général-Leclerc à Champigny (Val-de-Marne) présente l’addition à une table de trois clients. Mais loin de sortir une carte bleue ou de l’argent, c’est un revolver que sort l’un des convives. Aussitôt imité par l’un de ses deux camarades qui, lui, brandit une matraque électrique. Tandis qu’ils menacent le patron, ils poussent également une personne présente dans les toilettes et l’enferment à l’intérieur. Le trio rafle alors la caisse, d’un montant modeste. C’est avec le signalement de la voiture et la description des trois clients que les recherches de la police vont aboutir dans l’heure qui suit. Ils sévissaient dans des restaurants asiatiques Steeve, 24 ans, est entendu par les policiers et ne tarde pas à reconnaître avoir participé au braquage. Reste aux policiers à mettre la main sur ses complices. Ce qui va être fait dès le lendemain : à leur tour, Mohamed et Jean-Marie, tous deux âgés d’une vingtaine d’années, viennent le rejoindre en garde à vue. Une difficulté supplémentaire va s’ajouter au travail des policiers pour établir la culpabilité des deux hommes, sourds-muets : il faut avoir recours à un interprète pour obtenir finalement leur confession. La façon d’opérer du trio, toujours dans des restaurants asiatiques, avec l’aide d’un pistolet et d’une matraque électrique et après avoir consommé un dîner, rappellent des souvenirs aux policiers qui recoupent les éléments avec d’autres affaires. C’est ainsi qu’ils vont élucider quatre autres hold-up dont celui de Combs-la-Ville. Sur certaines de ces attaques, un quatrième homme était présent. Il ne faudra que vingt-quatre heures de plus aux policiers pour l’identifier. Se sachant recherché, Christophe, s’est spontanément présenté à la police judiciaire. A l’issue de leur garde à vue, les quatre hommes ont été déférés au parquet du tribunal de grande instance de Créteil.

Source : http://www.leparisien.fr © 12 Janvier 2002 à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.