Les collégiens de Saint-Gildas à l’écoute de leurs camarades sourds

Vendredi, le directeur des sections d’enseignement spécialisé, Dominique Jourdain a ouvert les portes du centre Gabriel Deshayes, pour une journée de sensibilisation à la surdité.

Celle-ci s’adressait aux élèves entendants des classes de 6 e du collège Saint-Gildas. Cette journée a permis aux 29 élèves atteints de surdité de faire découvrir leur univers à leurs camarades, grâce aux visites de trois ateliers.

Michel Irdel, éducateur et malentendant lui-même, explique aux élèves de 6 e du collége Saint-Gildas la vie quotidienne des personnes sourdes, et comment elles se servent démetteurs-récepteurs, pour les sonneries de téléphone.
Michel Irdel, éducateur et malentendant lui-même, explique aux élèves de 6 e du collége Saint-Gildas la vie quotidienne des personnes sourdes, et comment elles se servent d’émetteurs-récepteurs, pour les sonneries de téléphone.

Le centre Gabriel Deshayes existe depuis la révolution française, grâce à la bienveillance d’un curé.
Cette institution qui dépend maintenant des affaires sociales avec un enseignement spécialisé, en direction des personnes souffrant de handicaps sensoriels, a un agrément pour recevoir les enfants du Morbihan âgés de 3 à 20 ans.
Depuis quelques années, les 76 enfants inscrits en section spécialisée, qui sont scolarisés en CP jusqu’au BTS, s’intègrent plus facilement, grâce aux différents partenariats avec les écoles de la région.

Intégration collective

« Nous travaillons, en partenariat avec les écoles EricTabarly, 15 jeunes sont inscrits en cycle 2 et 3,29 élèves sont scolarisés au collège Saint-Gildas, 5 étudiants sont au lycée de Kerplouz, 5 à Notre Dame de la Paix à Ploemeur en BEP, terminale et BTS et nous avons 3 enfants scolarisés à l’école publique de Quévin.
On les scolarise au plus près de leur domicile, cela fait partie de l’intégration collective qui est suivie par une équipe mobile.
Autrefois, on avait des professeurs à l’intérieur de nos murs, maintenant ils travaillent en interface, avec les entendants, pour faciliter la communication, la remédiation et ils peuvent reprendre avec les élèves, les choses non-acquises. Cependant, nous avons encore, une vingtaine de jeunes en formation interne et 38 jeunes âgés de 9 à 18 ans, à l’internat », précise le directeur Dominique Jourdain, qui entame sa deuxième année au centre.

« Sensibiliser pour comprendre »

La journée de sensibilisation à la surdité a permis aux élèves de trois classes de sixième, du collège Saint-Gildas, de découvrir l’univers vécu au quotidien, par leurs camarades de classes sourds et malentendants.
Les enfants équipés de prothèses numériques ou analogiques, pour certains et d’implant cochléaire pour d’autres, doivent apprendre des techniques de communication.
Les professeurs spécialisées, Isabelle Corniaux et Marie-Thérése Le Courtois assistées de l’éducatrice Raymonde Le Gloanec ont animé les ateliers et montré aux enfants les différentes techniques de communication et les langages utilisés par leurs camarades sourds : les techniques de lecture labiale et le langage des signes avec un alphabet dactylo logique.
Les élèves ont découvert, dans l’atelier de l’éducateur malentendant Michel Irdel et avec la professeur spécialisée Albane Gouthé, sourde elle-même, toutes les difficultés de la vie quotidienne, vécues par une personne malentendante.
La sonnerie du téléphone, une sonnette, les pleurs d’un bébé peuvent être surmontés grâce à des subterfuges technologiques, des émetteurs-récepteurs clignotent et facilitent, la vie des jeunes sourds.

« Une ouverture sur le monde »

« Ces journées de rencontres sont régulières entre le collège Saint-Gildas et notre centre. Cette année, le directeur Jean-François Le Baillon a permis que trois classes soient mises au service des sourds.
Cela permet aux collégiens sourds de vivre au maximum, comme leurs camarades entendants, au sein de l’établissement.
Les enfants sont beaucoup plus présents, cela favorise une meilleure intégration sociale. Ils se rendent à pied au collège; ils y m angent et y étudient avec notre personnel spécialisé et nos éducateurs et professeurs qui exercent sur place », indique avec bonheur le directeur.
Les enfants ont participé avec tous les élèves de sixième de Saint-Gildas, vendredi après-midi à un jeu de pistes, qui leur a permis de découvrir l’alphabet dactylo logique

Source : Télégramme.com © 20/10/2001 à Auray (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.