Des sourds muets falsifiaient des chèques du trésor public

Elle rayait la mention « à l’ordre de la Trésorerie principale» sur les chèques pour la remplacer par son nom. Gladys, 27 ans, sourde et muette a été condamné à cinq mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Fort-de-France. La juridiction a également condamné deux autres sourds-muets qui ont bénéficié de l’escroquerie.
Gladys, une jeune femme de 27 ans, a été condamné jeudi à cinq mois de prison avec sursis pour falsification de chèques. Les faits remontent au mois de février 1999. La jeune femme, chargée de l’entretien de la Trésorerie principale a dérobé dans l’un des bureaux plusieurs chèques enregistrés au titre du paiement de la taxe de contribuables. Selon ses dires, huit chèques auraient été versés sur son compte bancaire de la Caisse d’épargne pour un montant de 210 000 francs. L’établissement financier décide de renvoyer les bordereaux à la Trésorerie avant d’alerter le parquet de Fort-de-France. L’enquête est alors confiée à la section financière du SRPJ. La jeune femme – qui n’a pas utilisé l’agent – confie aux enquêteurs qu’elle a agi sous la pression de Xavier, un autre sourd-muet, chez qui elle logeait. Celui est soupçonné d’avoir endossé 18 bordereaux pour un montant d’environ 200 000 francs. L’individu est présenté comme étant un « major « au sein de la communauté des sourds-muets. Il a été condamné à cinq mois de prison avec sursis. Jean-Charles, un troisième malentendant a écopé de deux mois de mois pison avec sursis. Il avait bénéficié 53 000 francs de chèques falsifiés.

14/9/2001 à Martinique (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.