Jean-Louis Tournier veut faire voler les sourds

GRAULHET (81) : Fête des aviateurs sourds, ce week-end, à l’aérodrome
Après avoir inventé un système permettant aux aveugles de « regarder » la télévision, Jean-Louis Tournier
fera-t-il voler les sourds ? Tel est en tous cas le pari que ce chercheur de l’Enseeiht (1) avait relevé en 1997 après la première visite de l’association française des aviateurs sourds sur l’aérodrome de Graulhet.

Il s’était étonné de voir des sourds faire de l’ULM ce jour là. « J’ai commencé à parler avec eux. Ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas le droit de voler sur des avions à cause de leur handicap. Qu’à cela ne tienne, je leur ai dit, je vais vous faire ce qui faut. »
C’est ainsi qu’un an plus tard Jean- Louis Tournier donnait naissance au WIC, le world interface communication. Une invention qui pourrait permettre aux sourds de communiquer aisément avec n’importe quelle tour de contrôle… si seulement l’aviation civile voulait bien l’homologuer.
« Avant, on n’autorisait pas les pilotes handicapés moteurs à voler. Ils ont fait pression. On a fini par adapter les avions et maintenant ils volent. Alors, qu’est-ce qui empêche de faire de même pour les sourds, s’étonne Jean-Louis Tournier! C’est une question de volonté, pas de capacité technique. L’administration, c’est le pouvoir de dire non, c’est tout!»
UN HOMME ENTETE QUI VEUT RENDRE LE RÊVE POSSIBLE
Mais le bonhomme est entêté. Ses camarades de classe s’en souviennent d’ailleurs à Graulhet. Ses parents aussi, eux qui habitent toujours la ville. Et ses copains de l’aéroclub le vérifient encore presque tous les week-end depuis qu’il a obtenu sa licence en 1958.
Alors, ce soir à 18 heures il fera une nouvelle démonstration des capacités du WIC dans les locaux de l’aéroclub. L’interprétation en langue des signes sera bien sûr assurée pour les sourds présents que l’on attend nombreux, toute la journée à l’aérodrome. Il est vrai que des baptêmes d’ULM et de planeur sont organisés pour eux par ULM découverte, aujourd’hui et demain, à l’aérodrome, à l’occasion du cinquième anniversaire de l’association française des aviateurs sourds. Mais ne doutons pas qu’ils seront tout aussi attentifs aux explications de Jean-Louis Tournier, qui fait également de l’ULM à ses heures perdues. Car c’est de ce quinquagénaire que dépendra peut-être demain la concrétisation de leur rêve: être seul aux commandes d’un avion.
Un rêve tout à fait réalisable selon Bernard Fabre. « Il suffit d’utiliser des signes conventionnels comme dans la plongée sous-marine pour leur expliquer les choses. Et puis, l’ouïe n’est pas le sens primordial en aéronautique. La vue c’est beaucoup plus important », relève ainsi l’instructeur qui, cette semaine, a encadré plusieurs sourds dans un stage d’ULM.
Une preuve supplémentaire pour Jean-Louis Tournier qu’il « n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ». Alors, messieurs de l’administration…
(1) Ecole d’ingénieurs toulousaine

12/05/2001 à Graulhet ( France )

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.