La main des sourds

Arrestation du meutrier présumé d’une jeune femme sourde

Un malentendant, meurtrier présumé d’une femme également   sourde   de 21 ans, et dont le corps avait été retrouvé samedi en partie calciné dans un immeuble bordelais, a été interpellé à Paris et devrait être mis en examen pour homicide volontaire, a-t-on appris jeudi à Bordeaux de source judiciaire.

Le meurtrier présumé, Hamdi Madkour, 22 ans, déjà condamné pour violence, a été interpellé mardi dans le quartier des Halles, à Paris, a indiqué le procureur de la République de Bordeaux, Jacques Beaume.

Un autre homme, Mourad Sadmi, 21 ans, également sourd, et soupçonné d’avoir aidé le meurtrier à “maquiller et dissimuler des traces du meurtre”, devrait être mis en examen pour destruction de traces.

Samedi matin, les pompiers bordelais, intervenus pour un feu dans un immeuble, avaient découvert que les flammes provenaient d’un corps incendié, celui d’une étudiante d’une institution pour déficients auditifs.

Selon le SRPJ de Bordeaux, la jeune femme a été tuée dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu’elle s’était isolée dans son appartement avec le meurtrier présumé, à l’issue d’une fête à laquelle elle avait convié 5 à 6 personnes, toutes malentendantes.

Elle est décédée à la suite de coups d’instruments de cuisine piquants et d’un traumatisme consécutif à des coups au crâne. Son corps a ensuite été descendu de son appartement du 5e étage avant d’être aspergé d’essence dans l’escalier puis incendié afin de “retarder le plus possible son identification” et ce “plusieurs heures après la mort afin de dissimuler les traces et indices”, selon le procureur Beaume.

Le meurtrier présumé, dont la trace a été retrouvée grâce aux témoignages d’habitants de l’immeuble, est “un marginal, sans domicile fixe et vivant de différents trafics aux Halles”. Décrit comme “froid et peu affectif”, il aurait “mal pris un sarcasme”, a expliqué le procureur.

Les autres personnes, domiciliées à Paris, présentes à la fête le soir du meurtre, ont été retrouvées par la police et remises en liberté à l’issue de leur garde à vue.

Source : http://www.sudouest.com © 29 Mars 2001 à Bordeaux (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.