Sourd et muet, il avait été licencié en décembre Le cas de l’agent EDF réexaminé

Le cas de Pascal Ménanteau sera réexaminé à la mi-avril. Cet agent d’EDF, sourd et muet, avait été licencié fin décembre. On lui reprochait notamment des refus d’obtempérer et des manifestations d’agressivité. Une délégation de la CGT – qui le soutient depuis le début de l’affaire – a rencontré la direction d’EDF Nantes hier midi.Depuis fin décembre, Pascal Ménanteau vit avec 2 900 F par mois. C’est le montant de son allocation adulte handicapé. Pascal Ménanteau est sourd et muet. Depuis 1981, il travaillait à EDF-GDF Nantes. En décembre dernier, sa direction l’a mis à la retraite d’office. A l’âge de 37 ans. Une sanction. On lui reproche un « refus d’obtempérer à toute directive hiérarchique et des manifestations d’agressivité ». Un acte d’accusation que réfute la CGT d’EDF qui l’épaule depuis le début de l’affaire. « On lui a accroché des gamelles, s’insurge le cégétiste Christian Nédélec. Or en 17 ans, il n’y a pas eu un bleu, pas une égratignure. Les faits reprochés sont, en réalité, liés à son handicap ». Depuis la notification de son « licenciement », la CGT s’est démenée. Manifestations, pétitions qui ont circulé sur tout le réseau d’Électricité de France pour demander sa réintégration. Elle a, aussi, fait appel de la décision le 7 janvier dernier. « Cela fait deux mois et Pascal Ménanteau est en train de crever. Il a emménagé dans sa maison neuve quelques jours avant d’apprendre son licenciement. Ses traites mensuelles sont de 3 800 francs par mois. Comment voulez-vous qu’il se débrouille ? Il n’a aucune perspective. EDF ne prend pas en compte la dimension humaine de ce dossier. » Une délégation cégétiste a remis, hier midi, toutes les pétitions collectées ces dernières semaines à la direction d’EDF-GDF Nantes. « Nous n’avons pas la mémoire courte, a rappelé Christian Nédélec. On sera toujours là ». D’une certaine manière, la porte s’est entrouverte. Selon le syndicat, il va y avoir une nouvelle instruction complète du dossier. Et le cas de Pascal Ménanteau devrait être réexaminé à la mi-avril par la commission secondaire de discipline. En attendant, dès jeudi, l’ensemble des syndicats se retrouvent afin d’élaborer une stratégie qui maintienne la pression sur cette affaire. Marc PENNEC.A droite sur la photo, le cégétiste Christian Nédélec, les bras chargés de pétitions. A gauche Pascal Ménanteau, agent sourd et muet licencié d’EDF en décembre.

Source : www.ouest-france.fr © 25 Février 1998

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.