La main des sourds

Personnes sourdes : un interprète pour se faire entendre

Deux doigts en forme de V entourent le menton. Ceci, en langage des signes, exprime le mot « facile ». C’est aussi le nom choisi par une nouvelle association départementale qui offre un service d’interprétariat pour les sourds.
Objectif : faciliter la communication avec les entendants. « Les sourds sont souvent isolés dans les entreprises où ils travaillent ou dans la société en général. Dernièrement, nous avons été appelés à l’arsenal de Brest qui souhaitait obtenir les services d’un interprète pour des salariés sourds participant à une formation », explique Fabrice Monmarchon, président de l’association Faciles (Finistère association culture interprétation langue des signes entendants sourds). Lui-même sourd, Fabrice Monmarchon est professeur de langue des signes. Michèle Porcher, interprète professionnelle, traduit au fur et à mesure les signes en paroles. La communication se déroule à toute vitesse, illustrant l’efficacité indiscutable de la méthode. « Dans une réunion, une personne sourde va être obligée de demander à quelqu’un de lui écrire un résumé de ce qui se dit. L’information dans ce cas est bien souvent tronquée, la communication bancale ». Ceci est valable bien sûr dans le cadre professionnel, mais aussi à l’extérieur, lorsque la personne doit communiquer avec les services de santé, de police, de la justice ou avec tout service public. Accéder à une meilleure communication est aussi facteur d’autonomie pour le sourd. Depuis le mois de septembre, l’association Faciles propose donc le service d’une interprète, en l’occurrence Michèle Porcher, aux entreprises, collectivités locales qui emploient des sourds ou aux personnes sourdes elles-mêmes. Le secteur culturel motive également particulièrement l’association. « Nous sommes souvent bloqués pour intégrer la vie sociale ou culturelle. Si je veux assister à une conférence dont le thème m’intéresse, il me faut obligatoirement un interprète. De même au théâtre. Nous avons d’ailleurs le projet de rajouter un interprète dans une pièce de théâtre pour permettre à des sourds d’assister au spectacle ». L’association va aussi contacter les salles de cinéma pour obtenir un sous-titrage des films. « Mais nous avons aussi pensé à la vie personnelle des sourds qui souhaitent un interprète pour un mariage, pour passer le permis de conduire ou pour un baptême… Des tarifs différents ont été prévus ». L’heure d’interprète sera facturée 220 F aux entreprises ou collectivités qui feront appel à l’association. Faciles propose de réaliser des devis à la demande. Par ailleurs, les sourds bénéficient de tarifs préférentiels (50 F de l’heure, 30 F la deuxième heure). Catherine Le Guen Faciles, Maison des associations, impasse de l’Odet, 29000 Quimper, tel : 02.98.54.74.82 (accès Minitel par le 36.18) même numéro pour le fax.

Source : http://www.letelegramme.com © 23 Octobre 1996 à Quimper

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.