La main des sourds

Les jeunes sourds doivent pouvoir accéder à des loisirs

Les jeunes sourds doivent pouvoir accéder à des loisirs. Des loisirs entre sourds aussi. Un ghetto? Jean-Marie Paillet, directeur du CREE, explique: «Les sourds constituent une minorité linguistique avec leur manière propre de s’exprimer; mettre sourds et entendants ensemble se fait généralement au détriment des sourds qui ne peuvent pas participer de la même façon aux activités. D’où l’importance d’un lieu où les sourds peuvent en rencontrer d’autres pour communiquer». Créé à l’initiative d’animateurs et de parents d’enfants sourds, le CREE est un service reconnu, comme les autres organisations de jeunesse, par la Communauté française. Il propose des activités adaptées à l’âge de l’enfant. Pour les 4-6 ans, ce sont, par exemple, des rencontres à Bruxelles, Liège, Charleroi, Tournai, Arlon qui réunissent une douzaine d’enfants sourds et entendants autour d’histoires avec l’accent mis sur la communication, l’expression manuelle, corporelle. Pour les 6-10 ans sont aussi organisés des ateliers en externat (nature, sport, informatique, techniques manuelles) ainsi que des centres de vacances. Johnny fait partie de l’équipe d’animateurs. Il est spécialisé dans les histoires et les blagues… «signées» évidemment car Johnny est sourd. L’équipe d’animation est constituée d’entendants et de sourds formés par le CREE et le Centre de formation d’animateurs. Ils disposent donc d’un brevet d’animateur de centres de vacances en bonne et due forme et donnent l’occasion aux enfants d’être confrontés à de jeunes adultes, sourds et qualifiés. Les 10-13 ans ont droit à des rencontres mensuelles axées sur des thèmes d’actualité. Dans ces rencontres comme dans les centres de vacances, on privilégie la communication en groupe: «Souvent, explique Jean-Marie Paillet, l’enfant sourd est un enfant isolé qui ne connaît pas les jeux simples comme le mouchoir. On lui apprend à jouer, à discuter en groupe alors qu’il a l’habitude de la seule conversation entre quatre yeux». Chez les 14-18 ans, le CREE vise à développer l’autonomie, la participation dans la société comme en témoignent les actions culturelles dans les établissements d’enseignement spécialisé basées sur des thèmes comme la démocratie (le centre de vacances de la Toussaint aura pour thème les droits de l’Homme), l’expression et la communication ou, tout simplement, récréatives. En matière de formation, outre celle d’animateur, le CREE assure des ateliers de français pour sourds à partir de 18 ans et d’initiation à la langue des signes pour entendants dès 15 ans.

Source : http://www.sudpresse.be © 29 Septembre 1994 à Belgique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.