Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

Les sourds-muets en fête…

des d’éducation leur ont permis de se faire une plue., honorable au sein de la société dont, jusque-là, ils étaient les parias. Aussi la fète d’hier, émouvante au possible pour les juwlques « eutendants » qui y étale . invités, était en même temps fertile d’enseignements puisqu’elle affirmait la vitalité d’une association doublement digne d’intérêt. La fète, donnée à l’occasion du 47e concorde et de travail. Tous ensemble, ils se rendirent dans le jardin Fuget, ou ils déposèrent des aeurs au pied du monument élevé à 1’ bbé Dassy, fonda teur de l’Institut. A midi, les membres de l’Association se retrouvaient dans les salons Longchamp où un menu délicat les atten dait. Ils y firent honneur et dire que les conversations sc poursuivirent dans l’atmosphère 1. plus cordiale, n’est cer tainement user d’un « cliché » hors de mise. I.cs sourds-muets savent s’expri mer correctement et ils le prouvèrent à l’heure dite des discours. A ce moment, le president Lieutaud se leva et, tandis qu’un de ses camarades traduisait le passionnant langage des signes, il se réjouit du succès de cette le te et sou haita la bienvenue aux notabilités pré sentes : Mme Jaeques Guérin-Rebon, bienfaitrice des déshérités; MM. Delibcs, du grand Conseil de la Mutualité; ineeiil Ferrât 1, le distingué directeur de l’Institut régional; Donation Cappielo, Timsitt et Brunet, tous trois délé gués de l’Association des sourds-muets de l’Afrique du .”ord; Vérigalia, prési dent de l’A. de Ni mes. Romand, dé VA. de Genève, Nicolas et Monfardet, de Be sançon, ainsi que de nombreux délé gués venus de Nice, de Cannes, des Bas ses Alpes, d’ix-en-Provence, etc… M. Don adieu, secrétaire général, oui lui succède, se fait l’interprète de tous pour remercier Mme Guérin-Rebon, qui vient de donner une nouvelle preuve de générosité envers ses protégés en jour offrant des séances de cinémat muet, leur grande joie dont ils sont prives depuis l’avènement du cinéma parlant. M. Delibes remit, aux jtplaudissements de l’assistance, la médaillé de bronze de la mutualité au doyen tioudinaud. que tous les sourds-muets r.iérissent, et félicita M Oreille de la men tion honorable qui vient de lui être decernée. Les délégués algériens démontrèrent magnifiquement ce que peuvent ics sourds-muets. Tandis que le muet « parlait », l’interprète traduisait par signes. Ce qu’ils dirent ? ce fut leur joie à tous d’assister à une si belle fête et d’y apporter le salut des camarades d’Algérie. M. Vergalia y joignit Je sa lut des Ni mois et des camarades pro vençaux. Alors s’ouvrit un bal, mais ont, un vrai bal avec orchestre et cotillon, car les sourds-muets peuvent s’amuser maintenant qu’ils «1 sentent » plus qu’ils ne l’entendent ia musique. Le soir, à la brasserie du Globe, bou levard Bugomrnier, la séance de ciné ma, impatiemment attendue, eut lieu pour le plus grand plaisir de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.