22/02/1915 - Première Guerre Mondiale

Lucien se voit refuser son incorporation dans l’armée en 1910 en raison de sa surdité. Quand la Première Guerre mondiale éclate, il est appelé devant le conseil de révision de Tonnerre. Plutôt qu’invoquer sa surdité pour être exempté de droit, il insiste pour s’engager dans l’armée comme ouvrier cordonnier. Il a envie de participer à la guerre. Le conseil de révision accepte de l’intégrer dans l’armée. Il est enrôlé dans le 43e régiment d’infanterie coloniale, qui est envoyé dans la zone des combats de la Somme. Lucien travaille dans les services d’intendance, du ravitaillement et comme cordonnier à l’arrière du front. Mais il souhaite toujours aller sur le front. À partir du 22 février 1915, il est affecté au front avec l’accord d’un officier pour surveiller les mouvements de l’ennemi en se postant sur un arbre en un endroit avancé, et pour poser des fils de fer barbelés. Il est tué le 30 septembre 1915 dans un combat sur le plateau de Vimy. Il est l’un des premiers sourds tués de la première guerre mondiale.

X