Un vrai « parcours sourd » pour tout le monde

0
85

« On veut élargir encore plus les actions en LSF (langue des signes française), qu’elles ne soient pas seulement proposées pendant le festival, mais aussi avant le week-end », commence Noémie Perrier, 19 ans, responsable LSF pour le festival de Saint-Denis-de-Gastines. Dans ce sens, l’association Au Foin de la rue proposait une traduction en LSF du discours de sa présidente, lors de la journée bénévole du 18 mai, ainsi qu’une vidéo de présentation sous-titrée.

« Ce mois-ci, il y a eu trois capsules vidéos chansignées, sur nos réseaux sociaux, reprend Régis Brault, 47 ans, coordinateur de la commission accès pour tous. Ça permet aux sourds de se préparer au festival. » Des vidéos qui font partie prenante du « parcours sourd », proposé lors de cette 20e édition. « Maintenant, on utilise totalement le mot « sourd », car les personnes qui n’entendent pas sont fières de l’être. Elles ont une identité, une vraie culture, avec un réel militantisme derrière. Nous, on essaye d’être à la hauteur », explique le coordinateur.

« L’identité du Foin »

Dès jeudi 4 juillet, l’habituelle visite du soir du site du festival sera donc proposée aux sourds« avec Dominique Peigné, bénévole entendant, qui fera la même visite que les autres guides… en LSF ». Une visite pour tous où 300 à 400 curieux« souvent des habitants du coin », sont attendus.

Ce « parcours sourd » se poursuivra, le lendemain, de 19 h à 20 h. « On organise une rencontre, sur le site, avec le collectif Les Mains Balladeuses et d’autres chansigneurs, annonce Noémie Perrier. Cela s’adresse aux sourds, malentendants et entendants curieux, pour parler du chansigne, montrer comment les intervenants travaillent. »

Une juste introduction au festival en lui-même, avec quatre concerts chansignés (interprétés sur scène en LSF) : Calypso Rose (vendredi 5 juillet), Dionysos, Supachill et Kimberose (samedi 6). Et pour terminer ce premier « parcours sourd », un spectacle des Mains Balladeuses (suivi d’une rencontre) est programmé, gratuitement, samedi 6 juillet, de 14 h à 14 h 30, à L’Étang.

« Pendant longtemps, on a pensé l’accès pour tous uniquement pour ceux qui en avaient besoin, avoue Régis Brault. Mais depuis deux ou trois ans, on s’est rendus compte que nos propositions permettent aussi aux entendants, comme moi, de s’essayer à la LSF, ou aux SubPac par exemple (Au Foin de la rue met à disposition 17 de ces gilets qui vibrent, au rythme de la musique, NDLR). » Des boucles à inductions seront également installées, sur les scènes A et B. Et le coordinateur de s’enthousiasmer : « Puis, ça fait des années que je kiffe quand le public applaudit avec les mains en l’air ! »

Au total, trente bénévoles « sourds et entendants » composeront l’équipe accès pour tous, pour la 20e édition. Et Régis Brault de conclure, tout sourire : « Aujourd’hui, ça y est : ces dispositifs font partie de l’identité du Foin ! »

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.