Cinq idées reçues – à déconstruire – sur les sourds

0
67
L’audition de Christine Pierrat a commencé à décliner à ses 2 ans. Elle pensait être « la seule sourde au monde », avant de découvrir toute une communauté. Aujourd’hui, elle est présidente de l’Association des sourds de Metz.

La Journée mondiale des sourds a lieu ce samedi 28 septembre. De nombreux clichés et idées reçues persistent encore sur cette communauté mal connue. Christine Pierrat, présidente de l’Association des sourds de Metz, les déconstruit.

1. Les sourds sont muets

C’est devenu un automatisme dans le langage courant de beaucoup de personnes, mais le terme « sourd-muet » n’a pas lieu d’être. « Les sourds ne sont pas privés de la parole, même si certains n’utilisent pas leur voix et ne parlent pas oralement, ils en ont tous la capacité physiologique », indique Christine Pierrat, présidente de l’Association des sourds de Metz. La surdité ne touche pas les cordes vocales. Si une personne sourde ne parle pas, c’est qu’elle n’a pas appris à le faire, avec de longues séances d’orthophonie, ou qu’elle n’en a tout simplement pas envie.

2. La langue des signes est réservée aux sourds et aux malentendants

C’est faux, la langue des signes est accessible à toutes et à tous. « Elle est ouverte à toute personne éprouvant le besoin et l’envie d’apprendre, nous les sourds en avons grandement besoin, surtout dans les lieux publics, les hôpitaux, à la police, etc. » explique Christine Pierrat. Pourtant, tous les sourds ne la connaissent pas, certains sont plus à l’aise avec le français. La présidente de l’association ajoute que des cours existent au sein de l’Institut National de Jeunes Sourds à Metz (INJS) et de l’Union Régionale des Associations de Parents d’Enfants Déficients Auditifs (URAPEDA). Les entendants peuvent également apprendre cette langue s’ils le souhaitent.

3. La langue des signes est internationale

« Non, la langue des signes n’est pas internationale, chaque pays a son langage propre », indique Christine Pierrat. En Angleterre par exemple, les sourds signants utilisent le British Sign Language. En France, on parle de langue des signes française et non pas de « langage ». « Je ne pense pas que ce soit compliqué quand nous rencontrons des sourds étrangers, nous nous comprenons très bien en mimant », assure la présidente de l’association. À noter qu’il existe également des variations en fonction des régions.

4. Un sourd appareillé ou implanté entend comme un entendant

Vous savez comment vous entendez par rapport à votre voisin, vous ? Les implants cochléaires et appareils auditifs visent à fournir un certain niveau d’audition, mais les résultats varient en fonction des personnes. « Un sourd implanté n’entend malheureusement pas comme une personne entendante », estime Christine Pierrat.

5. Les sourds ne peuvent pas profiter de la musique

Les sourds ressentent les vibrations , alors pourquoi ne pourraient-ils pas profiter de la musique ? Il existe des chant’signeurs, ces artistes et/ou interprètes adaptent les paroles en langue des signes. L’occasion de profiter, notamment, de Christine & the Queens avec Laëty Tual.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.