Flora enseigne la langue des signes

0
57
De nombreux Quimperlois ont manifesté leur intérêt pour l’apprentissage de la langue des signes lors du forum des associations. La longue liste des inscriptions relevées par les amies (liées par les doigts) Christel Ambroselli, de Babellium, et Flora Pardo (à droite) en fait foi.

Flora Pardo, sourde de naissance, propose aux Quimperlois d’apprendre la langue de signes, dans le cadre de l’association Babellium. Une pratique qui se développe peu à peu et contribue à rompre l’isolement.

Pour pouvoir parler sa langue, celle des signes, Flora Pardo, Quimperloise et sourde de naissance, doit se déplacer jusqu’à cafés des signes de Brest, Douarnenez ou Quimper, où se retrouvent régulièrement les signeurs pour discuter ! Si ces groupes comprennent quelques entendants, l’isolement sonore dans lequel vivent les sourds se double d’un isolement social, dû au manque de propagation de ce mode d’expression parmi le public sans problème majeur d’audition.

Adoptée par les bébés

Les collègues de la jeune femme, menuisière, ont cependant acquis quelques bases, depuis son entrée aux services techniques de la ville en 2016. Le personnel et les enfants de la crèche aussi, depuis que Flora y est intervenue, à la demande de la municipalité, afin d’y enseigner quelques signes simples correspondant aux besoins primaires des bébés. Une pratique de plus en plus répandue, qui permet aux tout-petits d’exprimer besoins et émotions avant l’acquisition du langage oral, ce qui limite la frustration liée à l’incompréhension… et les manifestations potentiellement bruyantes qui en découlent ! Flora, elle, n’a pas appris le langage des signes dans la petite enfance. Elle a d’abord été prise en charge en orthophonie, à Marseille, où elle a grandi. « On m’a forcée à parler », confie-t-elle, laissant deviner la douleur inhérente à cet apprentissage contre-nature. Le mime a également été une technique familiale jusqu’à ses 16 ans. L’acquisition du langage des signes à l’Institut national des jeunes sourds de Paris, développant la qualité et la latitude des échanges, a été une révélation pour l’adolescente de l’époque.

Deux cours par mois

Aujourd’hui, Flora, ravie de ces marques d’intérêt de la municipalité pour le développement du langage des signes. Elle retournera à la crèche et devrait également intervenir dans les écoles de la ville. Et elle propose maintenant aux Quimperlois de relever le défi, lors d’atelier qu’elle animera dans le cadre de Babellium. À partir du 1er octobre, à raison de deux cours par mois, dans le local de l’association rue Savary, on pourra dépasser le stade du b.a.-ba, afin que Flora et ses semblables ne soient plus obligés de faire des kilomètres pour trouver des co-locuteurs.
Pratique
Les ateliers se tiendront chaque mardi des semaines paires, de 18 h à 19 h, à partir du premier octobre, au 27 rue Savary. Adhésion obligatoire à Babellium 10 €. Participation libre auxances. Inscriptions au 06 82 43 42 98 ou contact.babellium@gmail.com

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.