Des permanences en langue des signes à la MDPH de Savigny-le-Temple

0
45

Depuis mi-mars, la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de Savigny-le-Temple accueille tous les jeudis de 14 h à 17 h une permanence en langue des signes.

« La MDPH a la chance d’avoir déjà 2 agents maîtrisant la langue des signes, ce qui permet un accueil adapté mais, parfois, la complexité administrative est telle qu’ils ne peuvent pas répondre aux besoins des usagers sourds et malentendants, c’est là que notre mission commence », expose Karine Rongère, coordinatrice de l’Aris en Seine-et-Marne.

L’Association régionale pour l’intégration des sourds, Aris, a été sollicitée par la MDPH pour prendre le relais et aider les personnes sourdes et malentendantes dans leurs démarches.

Son activité regroupe des professionnels (sourds et entendants) qui interviennent dans le champ de l’insertion professionnelle, de l’accessibilité et de la formation au sein d’établissements médicaux et sociaux.

C’est donc en mars dernier que Fred Roura, médiateur de l’Aris, a débuté les permanences à la MDPH.

Favoriser l’accessibilité

« Les demandes sont diverses, notre médiateur les aide à trouver un médecin, un interprète. Il peut également les orienter vers des auto-écoles sensibilisées à leur handicap par exemple. Ce sont majoritairement des demandes liées à l’accessibilité et lorsqu’on ne trouve pas d’association ou de structure adéquates, un de nos professionnels prend en charge l’usager pour un accompagnement plus approfondi », poursuit-elle.

En 5 mois, le démarrage se fait doucement et seule une quinzaine de personnes a été reçue. « Nous avons communiqué tardivement sur la permanence. Mais nos parten aires comme la Caf de Seine-et-Marne, ou encore les relais associatifs, vont diffuser l’information », assure Karine Rongère.

Lutter contre l’isolement

« Il n’y a pas qu’une seule sorte de surdité. Certains naissent sourds ou malentendants, d’autres le deviennent avec l’âge ou à cause d’une maladie… Notre ambition est d’accompagner chacun des individus dans leur vie au quotidien ou dans leur parcours professionnel. Quel que soit le type de surdité, on essaye d’apporter un soutien avec le professionnel idoine », détaille la coordinatrice dont l’association s’est également chargée de former les acteurs du film La famille Bélier en langue des signes.

« En Seine-et-Marne il faut aussi prendre en compte les disparités du territoire. Si le nord concentre une majorité de structures dédiées aux personnes sourdes et malentendantes, le sud du département quant à lui est plus enclin à l’isolement associatif par exemple », conclut-elle.

À noter que si aucune permanence n’est assurée durant le mois d’aoûtelles reprendront tous les jeudis après-midi dès septembre.

L’Aris est aussi présente, mais sur rendez-vous, tous les lundis à la Maison des services au public de Saint-Fargeau-Ponthierry et tous les mercredis au centre communal d’action social (CCAS) de Chelles.

Renseignements

0164191140. Permanence tous les jeudis, de 14h à 17h. Sans rendez-vous.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.