L’histoire silencieuse des sourds s’expose au Panthéon

0
62
L'exposition se tient du 19 juin au 6 octobre sur le transept nord du Panthéon.

En partenariat avec l’Institut national des jeunes sourds, l’International Visual Theatre et les Amis de l’abbé de l’Épée, le Panthéon présente l’exposition « Histoire silencieuse des sourds ». Une invitation à découvrir l’histoire des sourds au travers de ses périodes sombres comme de ses périodes de progrès.

Un peu plus de 460 millions de personnes souffrent de surdité dans le monde selon l’OMS, dont 34 millions d’enfants. En France, la surdité touche 6 % des 15-24 ans, et plus de 65 % des 65 ans et plus d’après les données de l’Inserm. Si l’Histoire commence avec la création de l’écriture, l’histoire des sourds a commencé avec la langue des signes, interdite en France jusque dans les années 1980. Les personnes frappées de surdité ont depuis des siècles éprouvé le plus grand mal à vivre dans des sociétés qui refusaient de s’adapter à eux.

L’exposition « L’Histoire silencieuse des Sourds » à Paris au Panthéon, du 19 juin au 6 octobre 2019, propose au visiteur « d’oublier ce qu’il croyait savoir sur les sourds », manière amicale de tordre le cou aux préjugés. Car comme l’annonce le premier panneau de l’exposition, « Longtemps, on a cru qu’ils n’auraient pas d’histoire, que leur handicap n’avait pas de passé. Longtemps, on les a considérés comme des êtres inférieurs, dont l’intelligence ne serait pas meilleure que celle d’un animal. Longtemps, on a pris leurs gestes pour des éléments désordonnés, sans structure logique. »

Des traces de la langue des signes chez Platon

En tant que handicap, l’histoire de la surdité va de pair avec celle de la médecine, mais c’est une autre histoire que vient conter cette exposition installée entre les colonnes majestueuses du Panthéon. L’histoire de la langue des sourds est celle d’une communauté construite autour de la langue des signes, dont on a longtemps cru – par erreur – qu’elle était l’œuvre d’un abbé parisien au XVIIIe siècle. Grâce à l’exposition, on apprend que cette langue des signes a émergé au Moyen-âge, et que l’emploi de certains signes remonte à l’Antiquité. Platon dans ses écrits a fait référence à l’usage des mains comme moyen de communication, et plus près de nous, Descartes et Montaigne ont cité la langue des signes dans leurs écrits.

Construite de façon chronologique, « L’Histoire silencieuse des sourds » permet au travers de plusieurs thématiques (éducation, art, vie sociale, vie associative) de découvrir un ensemble de documents historiques ainsi que des portraits d’hommes et de femmes qui ont contribué à la reconnaissance de la personne sourde comme étant un citoyen à part entière. Parmi les plus emblématiques de ces personnages-clé, l’abbé de l’Épée qui non content d’avoir inventé la langue des signes française (LSF) est l’homme par lequel sourds et sourdes ont enfin pu accéder à l’éducation publique. Ou encore Ferdinand Berthier qui créa la première association sourde au monde, à Paris. Dans l’époque contemporaine, la figure d’Emmanuelle Laborit était bien sûr incontournable. Récompensée du Molière de la révélation théâtrale dans Les Enfants du silence en 1993, l’actrice née sourde est aujourd’hui la directrice de l’International Visual Theatre (IVT), partenaire de l’exposition. 

En présentant les différentes évolutions des personnes sourdes dans la société, et les luttes engagées pour trouver cette place, l’exposition retrace les différentes périodes qu’ont été « la pensée oraliste » du XVIe au XVIIIe siècle, puis « le temps du déni » entre 1880 et 1970, avant « le réveil sourd » entre 1970 et 2005. Jusqu’à la loi du 11 février 2005 reconnaissant la LSF comme égale au français : « La langue des signes française est reconnue comme une langue à part entière, tout élève concerné doit pouvoir recevoir un enseignement de la langue des signes française ». Une sérieuse avancée qui ne saurait signer l’arrêt du combat de la communauté sourde. Ainsi, selon des données de la Fédération nationale des sourds de France, 34 % des sourds français sont professionnellement inactifs à cause de la restriction d’accès à l’emploi et aux loisirs.

► Pratique

Le Centre des monuments nationaux, en partenariat avec l’association des Amis de l’abbé de l’Épée, l’Institut national de jeunes sourds de Paris (INJS), et IVT – International Visual Theatre, présente l’exposition « L’Histoire silencieuse des Sourds » au Panthéon du 19 juin au 6 octobre 2019

Panthéon, place du Panthéon, 75005 Paris

Tél. 01 44 32 18 00

Webparis-pantheon.fr

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.