Des stages pour apprendre le code de la route aux personnes sourdes à Besançon

1
176
Des cours en langue des signes et une pédagogie adaptée.

L’APEDA-BFC (Association de Parents d’Enfants Déficients Auditifs ) organise jusqu’au 19 juillet des stages pour apprendre le code de la route aux personnes sourdes à la Maison de la famille de Besançon. Depuis 1957, les personnes sourdes ont le droit de conduire en France.

« Comment font les personnes sourdes pour entendre les sirènes des pompiers ? » Si vous vous posez la question, vous serez sans doute surpris d’apprendre que les personnes sourdes et malentendantes peuvent conduire en France. Et ce depuis 1957, et la signature d’un arrêté ministériel. 

Formation sur-mesure pour les personnes sourdes

Pourtant, les difficultés ne manquent pas pour obtenir le permis de conduire chez ces personnes. La première étant l’obtention du code de la route. C’est pour cela que l’APEDA-BFC (Association de Parents et d’Enfants Déficients Auditifs), centre de ressources pour la perte d’audition et la surdité tout au long de la vie,  organise jusqu’au 19 juillet des stages pour apprendre le code de la route aux personnes sourdes à la Maison de la famille de Besançon.

C’est Adrien Ardon, dirigeant d’une auto-école spécialisée dans l’accueil des personnes en situation de handicap. Le formateur a pris « six mois pour apprendre la langue des signes« , et adapte le contenu de sa formation aux personnes sourdes et muettes. « Ils n’ont pas le même rapport à la langue française, que pour certains, ils n’ont jamais entendue« , commence Adrien Ardon. « J’utilise donc plus d’images dans mes formations« .  

Une vision très efficace  

« Certaines personnes sourdes passent des dizaines de fois le code dans des auto-école classiques, l’enseignement n’est pas adapté« , continue Adrien Ardon. « Ces candidats sont aussi déroutés par les mots employés dans le questionnaire du code, qu’ils n’arrivent parfois pas à comprendre malgré un interprète« . C’est le cas par exemple des termes « sur-gonflé » ou « sous-gonflé » pour parler d’un pneu. 

« Je connais les mots, mais le sens de la phrase m’échappe« , confirme Riday, 27 ans, participant à ce stage de formation au code de la route.

Pour autant, les sourds sont-ils forcément de moins bons conducteurs que les autres ? Loin de là, assure Adrien Ardon : « Leur vision compense leur surdité, ils ont des yeux bien plus efficaces que les nôtres, et voient les éventuels dangers bien avant les entendants« .

1 COMMENT

  1. Bonjour, en principe les personnes sourdes ont le droit de conduire depuis 1959.Mais il a fallu attendre le vote d’un amendement à la loi « Egalité des chances » (art.77) déposé par 7 députés bourguignons pour que la Préfecture de Macon lève son interdiction faite par le médecin de cette administration à Chalon-sur-Saône .
    G.WETZEL co-auteur de cet amendement avec le député B.DEPIERRRE. La FNSF indique d’ailleurs que des freins persistent pour la conduite de cars par des personnes sourdes dans certaines régions. Les préjugés ont la vie dure.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.