Deux sœurs malentendantes ont joué les bénévoles à la Coupe du monde de foot à Nice

0
78

Sabrina et Vanessa Bjärnek sont sœurs. Malentendantes de naissance, elles privilégient la langue des signes fraaise (LSF) pour communiquer. À 40 et 42 ans, elles ont été sélectionnées parmi les 314 bénévoles déployés à Nice pour la Coupe du monde féminine de football.

L’aînée contrôle les tickets d’entrée et guide les supporters dans le stade, et la plus jeune est au service des accréditations. Elles ont passé les entretiens et suivi les formations de volontaires en lisant sur les lèvres et avec l’aide de la coordinatrice du programme volontaires, Lara Armas, « qui connaît un peu la LSF ».

Les deux sœurs, très motivées et souriantes, trouvent toujours un moyen de se faire comprendre. Elles prennent leur rôle très au sérieux et, si elles adorent le sport et le football, « cette expérience [leur] permet aussi de remplir [leurs] CV. » « Aujourd’hui c’est compliqué de trouver un travail quand on est malentendant, explique Sabrina. Les directeurs ne connaissent pas le monde des sourds, leur culture, la LSF et ça leur fait peur. »

La jeune femme ne s’est jamais découragée et accumule de l’expérience, parfois en travaillant et souvent en étant bénévole. En 2016, elle a participé à l’Euro de football à Marseille.

Comme les autres volontaires, elles ont contribué, lors de cette coupe du monde féminine, durant les six matchs au stade de Nice, au bon déroulement des rencontres. La dernière se déroulera ce samedi, à 17 heures. La petite finale verra s’affronter l’Angleterre et la Suède.

Plus de 21. billets avaient, ce jeudi, été vendus.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.