À Lyon, les sourds aussi peuvent être formés aux métiers du numérique

0
29
Les cours sont dispensés par des enseignants eux-mêmes sourds.

Grâce à un cursus de webdesigners utilisant la langue des signes fraaise, une vingtaine d’étudiants a déjà été formée, et seize sont inscrits pour 2020.

C’est une première en France et vraisemblablement en Europe. À Lyon, les malentendants peuvent s’ouvrir aux métiers du numérique, grâce à un cursus de webdesigners utilisant la langue des signes fraaise (LSF). L’idée de Cédric Richard, gérant de la société coopérative (scop) Signes et Formation, de créer en 2017 cette formation au sein du Campus numérique de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est devenue réalité.

«Ici, dit-il, les cours sont dispensés par des enseignants eux-mêmes sourds. Ils ne sont pas traduits par des interprètes.» Une autre spécialité, le codage, est prévue dès la rentrée prochaine. Dans un univers où la moyenne de sans-emploi est quatre fois supérieure à la normale, les professeurs deviennent aussi des exemples de réussite pour des jeunes parfois en situation de décrochage scolaire.

Une vingtaine d’étudiants a déjà été formée, et seize sont inscrits pour 2020. Pourle responsable de cette formation certifiante en alternance, les sourds bénéficient d’une capacité naturelle à anticiper les besoins ou les souhaits des consommateurs. «Avec leur syntaxe visuelle, ils ont un talent naturel pour créer les interfaces et résoudre des problématiques que les entendants ne perçoivent pas», note Cédric Richard.

Pour Judith Pennetier, chargée des relations avec les entreprises, les freins psychologiques doivent être levés, d’autant que dans ces métiers du design, entre 4000 et 6000 postes ne seraient pas pourvus en région Rhône-Alpes.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.