Les Sourds en colère réclament une meilleure reconnaissance

0
70

Une manifestation des Sourds en colère était organisée devant la mairie lundi. L’appel était national.

« Ce rassemblement en région fait suite à la manifestation parisienne du 20 mars dernier qui a rassemblé 1 200 participants, et précède une prochaine manifestation nationale, à Paris, prévue le 20 juin prochain. Notre détermination est grande pour obtenir ce qui nous semble légitime et relève de l’égalité entre citoyens », explique Karine Babarit, membre actif du secteur Citoyens Sourds de l’association CSCS44. La Fédération nationale des sourds de France, « les associations nationales, locales et les citoyens » réclament« l’inscription de la LSF dans la constitution française, l’accessibilité en LSF dans les administrations et les chaînes télévisées, des écoles bilingues LSF/français sur tout le territoire, la reconnaissance de notre culture et du patrimoine sourd, la revalorisation de notre communauté sourde et du patrimoine sourd ».

« Manque de reconnaissance »

« Ce manque de reconnaissance dans la loi de la langue des signes induit une discrimination directe à l’égard des personnes sourdes qui sont les premières à rencontrer de nombreux obstacles dans leur quotidien, leur accès au savoir, à l’emploi et même leur participation à la vie politique. Ce dernier point nous entraîne dans un cercle vicieux qui nous freine dans la reconnaissance de nos besoins et droits. Dans l’Union européenne, seules les langues des signes finlandaise, portugaise, autrichienne et hongroise sont reconnues officielles dans leur Constitution. La France pourrait, avec votre intervention, lors des débats sur la réforme de la Constitution à venir, devenir le cinquième pays européen à reconnaître la langue des signes française au même titre que le français et les autres langues de France. »

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.