Les sourds manifestent pour faire de la langue des signes l’égale de la langue française

0
78
Les "sourds en colère" sont venus manifester devant l'Hôtel de Ville de Metz. Ils souhaitent que la langue des signes française soit inscrite dans la Constitution française.

Les membres de plusieurs associations de sourds et de malentendants ont manifesté devant l’Hôtel de Ville de Metz, ce lundi 20 mai, répondant à un appel national. Ils demandent une meilleure reconnaissance de la langue des signes fraaise par son inscription dans la Constitution.

Munis de leurs pancartes, de leurs gilets et ballons bleus, des membres de plusieurs associations de sourds et malentendants se sont réunis, ce lundi 20 mai 2019, devant l’Hôtel de Ville de Metz

Habillés en bleus, les sourds et les malentendants ont donné de la voix et ont brandi leurs pancartes pour donner une visibilité à leur action.

Leur revendication? Faire inscrire la langue des signes fraaise (LSF) dans l’article 2 de la Constitution fraaise. Cette inscription permettrait à la LSF de devenir l’égale de la langue fraaise. Le 11 février 2005, la langue des signes fraaise est reconnue comme langue à part entière, pourtant, « depuis 2005, on voit que rien n’est adapté au niveau de l’Education nationale ou des administrations. La LSF est toujours mise de côté… On prône les implants et l’oralisme, mais rien pour la LSF » s’indigne Edouard Balczesak, vice-président de l’Union Sportive et Loisirs des Sourds de Metz

Des revendications partagées

Quelles seraient les conséquences de cette adjonction ? Selon eux, les sourds fraais seraient les égaux des entendants fraais. Ils n’oublient d’ailleurs pas que la LSF était interdite jusqu’en 1977. Cette inscription permettrait une belle revanche sur l’Histoire, et les sourds/malentendants pourraient utiliser la LSF selon leur choix.  

On met souvent la langue des signes de côté…
– Edouard Balczesac, vice-président de l’Union Sportive et Loisirs des Sourds de Metz

S’ils étaient nombreux sur la place d’Armes, certains instituts n’ont pas souhaité participer à cette manifestation nationale initiée par l’association Sourds en colère, considérant que les revendications proclamées ne sont pas les leurs.

Une cinquantaine de sourds et de malentendants sont venus crier et exposer leur fierté de signer, devant l’Hôtel de Ville de Metz.

Ainsi, Jacques Celerier, directeur de l’Institut des sourds de Malgrange (Meurthe-et-Moselle), estime que la LSF est accessible à tous et est entrée partout. Edouard Balczesak lui répond : « On a l’impression de ne pas faire partie de la société« . 

Alors qu’il manifestait dehors, une porte-parole du maire de Metz est venue à leur rencontre pour leur indiquer que Dominique Gros était « avec eux et soutenait leur cause« .

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.