Les sourds veulent l’inscription de la langue des signes dans la Constitution

0
69
Ils étaient une trentaine de citoyens sourds au jardin du Mail, lundi 20 mai.

Une trentaine de personnes sourdes se sont rassemblées au jardin du Mail, à Angers, lundi 20 mai. Leur but ? Revendiquer l’inscription de la langue de signes dans la Constitution.

« Une discrimination directe à l’égard des personnes sourdes. » Une trentaine de personnes sourdes étaient réunies, lundi 20 mai, au jardin du Mail, à Angers. Le groupe revendiquait l’inscription de la langue des signes française dans la Constitution. Un changement qui pourrait intervenir dans le cadre de la révision constitutionnelle, prévue pour le mois de juillet.

Six millions de sourds et malentendants

La langue des signes serait ainsi appliquée afin que les personnes sourdes et malentendantes, environ six millions en France, « se sentent plus intégrées », selon Claudette Daguin, conseillère municipale déléguée au handicap. Les participants à ce rassemblement déplorent une inégalité entre les citoyens.

La langue des signes n’est pas très répandue en France. Entre 150 000 et 300 000 personnes savent signer. « Il y a un manque d’accessibilité à la langue des signes », témoigne Samuel Derrien, de l’Association des sourds du Maine-et-Loire, aidé d’une interprète.

Un prochain rassemblement est prévu le 20 juin, à Paris. Une première manifestation a eu lieu le 20 mars, déjà dans la capitale. Elle avait réuni 1 200 personnes.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.