Ils font en silence des signes pour le dire (et l’écrire)

0
8
Unique dans le paysage audiovisuel depuis 25 ans, l’Ril et la Main est « une émission de sourds, qui traite de multiples thèmes culturels et de société »

L’Œil et la Main France 5, lundi 28 janvier, 10 h 15
Un magazine destiné aux sourds traite de multiples questions de société. Cette semaine : les écrivains.

Ceci n’est pas un hold-up. Car si ce matin, l’Œil et la Main s’installe sur le plateau de la Grande Librairie, où officie chaque mercredi à 20 h 50 François Busnel, ce dernier a laissé les clefs en toute amitié à Sandrine Herman, l’animatrice de ce magazine qui consacre cette émission spéciale… aux écrivains. Et cette tranche matinale est originale, car tous les participants sont sourds. Bien seule dans tout le paysage audiovisuel, l’émission est diffusée tous les lundis matin à partir de la seconde semaine de chaque mois, avec outre Sandrine Herman plusieurs animateurs en alternance : Philippe Guyon, Laurène Loctin, Pauline Stroesser, Laurent Valo, Isabelle Voizeux. « Nous nous exprimons en langue des signes mais, attention, tout est traduit, sous-titré, pour que les entendants puissent tout comprendre. Car notre but est aussi de faire le pont entre les sourds et ceux qui ne le sont pas. On crée du lien, on fait du vivre-ensemble », explique passionnément Sandrine Herman.

En 1996, la jeune femme rejoint l’équipe de l’Œil et la Main comme présentatrice. Aujourd’hui, alors que l’émission entame sa 25e année, on la voit toujours à l’antenne, mais elle est aussi réalisatrice et par ailleurs art-thérapeute. L’idée de départ n’a pas changé, dit-elle, « c’est une émission de sourds, qui traite de multiples thèmes culturels et de société », et son titre est parlant : « Nous ne percevons pas les sons, nous entendons par l’œil, en quelque sorte, et notre expression se fait par les mains. Bref, nous entendons et communiquons d’une autre façon. »

En 1994 paraissait le Cri de la mouette d’Emmanuelle Laborit

Ce matin, consacré à la littérature, sont invités dans le studio Victor Abbou, auteur d’Une clé sur le monde, Sandrine Allier-Guepin, auteure de bandes dessinées comme le Manège du dimanche et de caricatures de presse, Anne-Sarah Kertudo, auteure de Est-ce qu’on entend la mer à Paris ?. Présents également le poète Levent Beskardes, qui a participé à l’ouvrage collectif les Mains fertiles, et d’autres encore, filmés hors plateau, qui témoignent de leur quotidien, et de leur expression artistique. Chacun témoignant de son plaisir d’écrire, « de s’ouvrir à tous » mais aussi de la difficulté de le faire.

Ainsi Victor Abbou rappelle qu’« en 1880, la langue des signes a été interdite dans l’enseignement public, et que cela a duré cent ans, les sourds se sentant ainsi encore un peu plus coupés du reste du monde ». Puis la LSF (langue des signes fraaise) a été reconnue, et les prisonniers du silence ont ainsi pu regagner leur place dans la société. Laquelle a aussi modifié son regard sur ce handicap, et si tout est loin d’être conquis, le doublage de certaines émissions à la télévision n’est plus montré du doigt, et l’époque où certains qualifiaient le langage des signes de « langage des singes », n’est plus qu’un odieux souvenir.

C’est en 1994, rappelle aussi cette édition de l’Œil et la Main, que la parution du premier livre d’Emmanuelle Laborit, le Cri de la mouette, désormais traduit en 14 langues, a joué un rôle de déclencheur. « Enfin, les sourds n’avaient plus honte, note Sandrine Herman, elle a été un précurseur, et beaucoup d’autres ont suivi. » L’année précédente, Emmanuelle Laborit (sourde de naissance) était récompensée d’un molière de la révélation théâtrale pour les Enfants du silence. Aujourd’hui, l’écrivaine et comédienne est la directrice de l’International Visual Theatre, fondé dès 1976 par Jean Grémion et Alfredo Corrado. Installé dans l’ancien Guignol de la cité Chaptal, dans le 7e arrondissement de la capitale, ce lieu est devenu une référence de qualité pour le spectacle vivant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.