Grève jeudi dans les instituts de jeunes sourds et de jeunes aveugles

0
78

Les syndicats des quatre Instituts nationaux des jeunes sourds et de l’Institut national des jeunes aveugles appellent à la grève jeudi pour réclamer un moratoire sur les transformations engagées dans leurs établissements, ainsi qu’une concertation, selon un communiqué aujourd’hui.

Les syndicats (Smast-CGT, CFDT, CFTC, APA-INJ, FO, SNJSJA-Unsa et Sud), ainsi que l’Association des parents et amis des Instituts nationaux appellent à une grève le 4 avril et à un rassemblement devant le ministère de la Santé à 14h30 pour se diriger vers le ministère de l’Education nationale. Les syndicats contestent la «réduction de l’offre scolaire des Instituts de jeunes sourds et de jeunes aveugles», au moment où le gouvernement met en avant l’école inclusive, c’est-à-dire capable d’accueillir tous les élèves, y compris porteurs de handicaps.

«Nous ne sommes pas opposés à l’école inclusive», explique Hélène Sester, secrétaire générale Unsa Education et professeure de mathématiques dans un institut pour les jeunes sourds. «Nous contribuons même à l’inclusion des élèves dans des classes ordinaires en leur offrant un soutien». «Mais certains élèves ne peuvent pas suivre un enseignement en milieu ordinaire et il faut maintenir la possibilité de scolarisation en Institut», souligne-t-elle. «On veut que nos enfants puissent avoir accès aux Instituts spécialisés comme à l’école ordinaire», renchérit Laura Cathy, mère d’un enfant sourd et secrétaire de l’Association des parents et amis des Instituts nationaux.

Selon les syndicats, l’évolution vers l’école inclusive s’est traduite par des baisses de budget de l’ordre de 15% en 2018 pour les Instituts nationaux et un transfert d’élèves vers l’enseignement ordinaire. «Le passage du collectif à l’individuel n’est pas facile, les élèves sont dispersés dans les classes et il nous est plus difficile de les suivre», dit Hélène Sester.

Un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales de mai 2018 reconnait «une vraie utilité» aux Instituts nationaux «à préserver», tout en recommandant «de développer les pratiques d’inclusion dans des réseaux d’écoles et d’établissements d’enseignement partenaires». Les instituts prennent en charge plus de mille élèves représentant 9,2% des enfants sourds et 3,6% des jeunes aveugles.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.