Le théâtre d’Etampes accueille un concert bilingue traduit en langue des signes

0
Etampes, le 3 février. L’artiste Liz Cherhal propose un concert bilingue, traduit en langue des signes par l’interprète et danseur Cyrille Gérard (assis en tailleur).

L’artiste Liz Cherhal a proposé ses chansons traduites par Cyrille Gérard qui les a interprétées en « chansignes ».

Noir Désir, Florent Pagny ou plus récemment Louane Emera se sont essayés au « chansigne », mais pour un seul titre. A Etampes, c’est tout un concert que l’artiste Liz Cherhal a proposé en langue française des signes (LFS). Ce dimanche, la chanteuse s’est produite sur la scène du théâtre intercommunal d’Etampes aux côtés de deux musiciens et d’un interprète qui a joint les gestes à sa parole. Et le public est sorti conquis, qu’il s’agisse de personnes mal entendantes… ou pas.

« On n’allait pas louper cette occasion sourit David, papa du jeune Nathan 8 ans. Mon fils souffre de plusieurs handicaps, dont la surdité. Ce qui le prive de sorties culturelles alors qu’il est très demandeur. On essaye d’aller à Paris, où il y a un peu plus d’offre, mais c’est compliqué. » Alors quand il a entendu parler du spectacle, il a aussitôt pris des places. Raphaël, son fils aîné, était tout aussi curieux juste avant le début du concert. « J’ai hâte de voir ce que c’est un concert bilingue, témoigne-t-il. Je parle la langue des signes couramment pour pouvoir communiquer avec mon frère. Je suis heureux de partager un spectacle avec lui. »

Les deux artistes se complètent parfaitement et ont l’air de deux danseurs en train d’accomplir une chorégraphie envoûtante

Dès la première chanson, la magie opère. Le corps longiligne et très fin de Liz Cherhal ressemble à celui d’une danseuse. Elle chante son premier titre, d’une voix cristalline, et s’accompagne en langue des signes. Peu habitué, le public bien entendant se laisse captiver par ses gestes, faisant peu de cas de ses textes. Mais au deuxième titre, Cyrille Gérard, l’interprète, entre en scène et traduit les chansons en chansigne.

Et c’est juste beau, poétique. Les deux artistes se complètent parfaitement et ont l’air de deux danseurs en train d’accomplir une chorégraphie envoûtante. Entre chaque titre, certains spectateurs applaudissent en tapant des mains, d’autres secouent les mains, le signe qui signifie « bravo » pour les mal entendants. « J’ai décidé de proposer ce spectacle bilingue pour mon 3e album, « L’Alliance », car cela fait 5 ans que j’apprends la langue des signes, explique Liz Cherhal en parlant et en signant. Pour cette création, je veille à ce que personne, à aucun moment, ne se sente exclu de ce concert, ni les sourds, ni les entendants. »

Ambition plus que réussie. Dans la salle, certains spectateurs ont juste avant le spectacle profité d’un atelier d’initiation. Pendant une heure et demie, Nathalie, qui donne des cours dans le sud Essonne via son association « La voie des mains, un signe pour Cyril » (Cyril est son fils de 26 ans, sourd) leur a donné les premiers rudiments de la langue des signes. « Bonjour », « comment ça va », dire son prénom, son âge…

Etampes, le 3 février 2019. Une initiation à la langue française des signes (LSF) a été par la présidente (veste en jean) de l’association du sud Essonne « La voie des mains, un signe pour Cyril ». LP/Cécile Chevallier.

« C’était hyper bien, commente Louise, 19 ans. C’est très expressif, très beau comme langue. Cela me donne envie de continuer. On devrait tous connaître au moins quelques bases pour pouvoir communiquer avec les sourds. Il ne faut pas les laisser de côté. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.