Le langage des signes s’apprend à l’auberge de jeunesse de Bouillon

0
41
«I Love You», voilà le signe que les membres du personnel ont souhaité exprimer sur cette photo

Le personnelde l’auberge de jeunesse de Bouillon apprend le langage des signes. Une première en Wallonie pour mieux accueillir les sourds.

À Bouillon, le personnel de l’auberge de jeunesse est formé au langage des signes. Un projet pilote à l’initiative de la directrice de l’établissement Dominique Duchatel et qui pourrait bien s’étendre aux autres auberges de Wallonie.

Plusieurs écoles d’enfants sourds accueillies

Cette semaine et pour plusieurs jours encore, les treize membres du personnel apprennent un langage encore trop méconnu dans les sites et hébergements touristiques. Ils suivent des cours au sein même de l’auberge, des cours donnés par Annie Devos, bien connue sur TV Lux. L’objectif de cette formation? Mieux accueillir les personnes sourdes et malentendantes. «Nous n’apprenons pas la langue des signes dans son entièreté, ce serait beaucoup trop ambitieux, explique la directrice Dominique Duchatel. Nous enseignons les bases, certains gestes qui peuvent faciliter la communication». Mais la demande existait-elle en province de Luxembourg, et en l’occurrence à Bouillon? «Il n’y a pas plus de demande ici qu’ailleurs, reprend-elle. À titre personnel, cela fait deux ans que j’apprends la langue des signes en cours du soir et, l’année passée, nous avons accueilli deux voire trois écoles d’enfants sourds. Je me suis dit que c’était l’opportunité. La hiérarchie a tout de suite accepté et j’ai contacté Annie qui est très enthousiaste et qui a su motiver les troupes.» Jusqu’à présent, le personnel se montre plutôt réceptif entre rires et apprentissage. Toutes les fonctions sont concernées, réception, maintenance, animation, entretien et cuisine.

Se présenter et parler des activités

Au niveau de la formation, celle-ci reprend principalement des signes propres au tourisme de Bouillon mais aussi la façon dont fonctionnent les personnes sourdes. «Il faut regarder la personne bien en face pour qu’elle puisse lire sur les lèvres, explique Annie Devos. Parmi les mots que le personnel apprend, il y a d’abord se présenter, les mots de bienvenue. Ensuite ce que l’on peut trouver aux alentours de l’auberge comme par exemple où acheter des ingrédients pour cuisiner, où trouver le château, s’il y a des coiffeurs, des médecins, une piscine ou encore une boulangerie. Des informations de bases». L’équipe a déjà bien avancé et est curieuse de la suite. Elle devra encore suivre quelques cours pour se perfectionner.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.