Sourds et entendants ont rendez-vous ce vendredi à Laon

0
32
Le patron du restaurant et les organisateurs lancent l’invitation en signes (de gauche à droite) : « bienvenue », « Laon », « café », « rencontres »

Les “cafés-signes” reviennent ce vendredi au Franco-Belge. L’occasion de faire des rencontres.

Échanger, sans forcément parler, ni entendre, c’est possible aux « cafés-signes ». Ces rendez-vous mensuels rassemblent à la fois les malentendants et les entendants – qu’ils « signent » ou non – pour faire connaissance, tout simplement.

En ce mois de janvier, ces rencontres connaissent un nouveau départ à Laon, avec un changement d’organisateurs et un nouveau lieu de rendez-vous. À présent, ils sont organisés tous les deuxièmes vendredis de chaque mois au restaurant le Franco-Belge. Jérôme Meriaux, Anita Prido et Marine Haulin ont repris l’organisation fin décembre. Tous trois espèrent bien donner un nouvel élan à ces cafés-signes. « Le but est de créer des rencontres, de mélanger les deux cultures et de sensibiliser les gens à la surdité », expliquent-ils.

Si Jérôme est sourd, ses deux compères ne le sont pas. C’est d’ailleurs grâce aux « cafés signes » qu’ils ont fait connaissance. « Il y a plein de moyens de se faire comprendre, avec le mime, les expressions du visage, les gestes, assure Anita. Les sourds se mettent à la portée des entendants. On va aussi aider ceux qui viendront et qui ne connaissent pas la langue des signes à dire des choses simples. On ne donne pas des cours mais on aide à converser. »

Communiquer autour d’un verre

Anita apprend la langue des signes depuis quelques années. Commerçante dans les loisirs créatifs, elle a eu envie de s’y mettre après s’être retrouvée face à des clients sourds. « Je me suis sentie frustrée ». Marine, 26 ans, elle, a été sensibilisée dans le cadre de sa formation comme éducatrice spécialisée. Depuis, elle a aussi suivi des cours et « signe » de mieux en mieux. Un choix qu’elle ne regrette pas. « Les sourds sont trop souvent isolés. Ce n’est pas normal, lance-t-elle.  Je veux que les choses changent ».

Jérôme, lui-même, reconnaît qu’il n’est pas toujours simple de se faire comprendre et de lier des amitiés avec les entendants. Pour lui, ces cafés-signes sont avant tout l’occasion de dépasser la barrière du son. « J’ai envie de communiquer, j’aime le partage avec les entendants. Avec les cafés-signes cela devient possible », confie-t-il. Ces rendez-vous mensuels pourront d’ailleurs évoluer dans le temps. « Ce vendredi, il s’agira d’une rencontre simple autour d’un verre ou d’un café, mais les prochaines fois nous aimerions faire des événements, organiser des repas au restaurant ou faire des soirées jeux », préviennent les organisateurs.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.